Le variant Delta aura-t-il raison de la réforme des retraites souhaitée par Emmanuel Macron ?

Publié le 6 juillet 2021 à 21h08
Emmanuel Macron, le 15 juin 2021.

Emmanuel Macron, le 15 juin 2021.

Source : Thomas SAMSON / AFP

CALENDRIER - Faire ou non la réforme des retraites avant 2022 ? Avant même que le chef de l'Etat n'ait rendu publique sa décision, le variant Delta pourrait lui-même dicter le calendrier présidentiel.

Les réformes ou la lutte contre le variant ? Le président de la République doit faire part dans les prochains jours de son calendrier des réformes d'ici la fin du quinquennat. Mais alors que l'accalmie semblait se dessiner sur le front sanitaire, laissant place à une possible accélération du calendrier politique, un invité surprise pourrait s'inviter au menu : le variant Delta.  

Si la France fait face à une quatrième vague cet été, comment en effet lancer la réforme des retraites ? A la sortie de l'Elysée où ils étaient conviés ce mardi, les partenaires sociaux ont chacun exprimé leur hostilité à la réforme. Patronat et syndicat avançant le même argument : le fameux variant. "A ce stade c’est prématuré de le faire dès maintenant", "on s’interroge sur le bon timing, surtout avec le variant Delta et la recrudescence" de l'épidémie a déclaré ainsi le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux par ailleurs favorable à cette réforme. Laurent Berger (CFDT) a jugé "hors de propos dans cette période" une telle période, expliquant que les syndicats avaient été "quasi-unanimes pour dire que" la faire à "l’automne était une forme de folie". "Tout le monde a insisté sur les risques de tension sociale", a ajouté Philippe Martinez (CGT).

Lire aussi

 Plutôt que le système par points envisagé un temps et promis durant sa campagne, Emmanuel Macron réfléchissait pourtant à relever l’âge de départ à 64 ans. "Personne n’a de doute sur le fait que Macron veut une réforme des retraites et qu’il y a une question liée à l’âge", confirmait encore lundi à LCI un membre du gouvernement.

Mais jusque dans la majorité, le spectre d'un automne social agité en refroidit plus d'un. "Ca va remettre les gens dans la rue alors que nous ne sommes pas certains d’être sortis du Covid. Qui a envie de ça ?", expliquait alors à LCI un participant à la réunion de la majorité du 25 mai dernier. Dans le JDD de ce dimanche, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand déclarait : "Réaffirmons clairement ce que nous voulons faire et engageons-nous à ce que ce soit notre première réforme du second quinquennat d’Emmanuel Macron."

Syndicat, patronat et... exécutif,  le variant Delta pourrait finalement permettre aux partisans de l'immobilisme comme à ceux de la réforme de trouver un terrain d'entente sans risquer la critique. Cette semaine, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a d'ailleurs souligné qu’une décision politique sur le sujet devait être prise "notamment en fonction de l’épidémie et de l’ampleur de la reprise". Or, la situation sanitaire s'aggrave.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info