Législatives à Paris : le maire LR du VIe défie NKM en dénonçant ses "appels du pied" à Macron

par Thomas GUIEN
Publié le 17 mai 2017 à 8h03
Législatives à Paris : le maire LR du VIe défie NKM en dénonçant ses "appels du pied" à Macron

GUERRE FRATRICIDE - Le maire LR du VIe arrondissement de Paris, Jean-Pierre Lecoq, a déposé sa candidature dans la 2e circonscription de la capitale, où il défiera Nathalie Kosciusko-Morizet, qui y a obtenu l'investiture du parti Les Républicains.

Duel de droite en vue dans la 2e circonscription de Paris. Le maire LR du VIe arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, a déposé mardi sa candidature aux élections législatives. Face à lui : Nathalie Kosciusko-Morizet, qui y a obtenu l'investiture du parti Les Républicains.

"J'ai déposé ma candidature cet après-midi et, depuis, je reçois plein de félicitations et d'encouragements dans ma famille politique", a déclaré l'édile de 62 ans, maire du VIe arrondissement de la capitale depuis 1994. Avant de sonner la charge contre l'élue : "Ce qui me motive surtout, c'est que nous avons une candidate dont nos électeurs ne savent plus où elle habite. Elle est officiellement à LR tout en faisant des appels du pied au nouveau président (Emmanuel Macron). Elle se présente en parangon de jeunesse alors qu'elle utilise les méthodes de la IIIe République", a ajouté cet ancien suppléant de l'ex-députée de la circonscription, Martine Aurillac.

Lire aussi
Nathalie Kosciusko-Morizet appelle Emmanuel Macron à parler aux électeurs de droiteSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

"Parachutage"

Et Jean-Pierre Lecoq d'en rajouter une couche : "Nathalie Kosciusko-Morizet est une enfant gâtée de la politique, une nomade de la politique, elle pratique le tourisme électoral", a-t-il encore dénoncé, tout en ironisant : "A la vitesse où les choses vont, il n'est pas exclu que je sois le candidat LR la semaine prochaine".

NKM fait partie des élus de droite signataires d'un appel à "la bienveillance" après la nomination d'Edouard Philippe à Matignon par le président Emmanuel Macron. "On imagine que, dans la droite ligne qu’il a adoptée, le bureau politique de LR, très sourcilleux à juste titre sur le soutien qu’il convient d’apporter à tous les candidats investis LR et UDI, aura sans doute à cœur de procéder à l’exclusion de M. Lecoq ainsi que de tous ceux qui seraient conduits à le soutenir", a réagi l'entourage de Mme Kosciusko-Morizet.

La 2e circonscription de Paris englobe le Ve arrondissement et une partie des VIe et VIIe arrondissements. Elle est détenue depuis 2012 par l'ex-Premier ministre François Fillon. Une fois vainqueur de la primaire de la droite pour la présidentielle, ce dernier avait décidé de la céder à Nathalie Kosciusko-Morizet. La maire LR du VIIe arrondissement de Paris, Rachida Dati, avait alors dénoncé un "parachutage" et des élus LR de la capitale avaient déploré que l'ex-candidate à la mairie de Paris quitte la 11e circonscription voisine, où elle avait été élue en 2014, pour ce bastion de la droite.


Thomas GUIEN

Tout
TF1 Info