Deux députés LFI portent plainte après une conférence perturbée par des "militants d'extrême droite"

Dylan Veerasamy avec AFP
Publié le 8 décembre 2022 à 20h35
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Les députés LFI Louis Boyard et Carlos Martens Bilongo vont porter plainte après un incident survenu à l'université Bordeaux Montaigne, ce mercredi 7 décembre.
Des "militants d'extrême droite" sont venus devant l'établissement, armés de matraques télescopiques.
Une action condamnée par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur.

Après les menaces, la réponse judiciaire. Victimes de tentatives d'intimidations par des "militants d'extrême droite" lors d’une conférence tenue mercredi 7 décembre à l’université Bordeaux Montaigne, les députés LFI Louis Boyard et Carlos Martens Bilongo ont annoncé "porter plainte" ce jeudi.

Une "banalisation des méthodes violentes"

Dans un communiqué de presse publié sur les réseaux sociaux, les deux députés dénoncent notamment une banalisation "des méthodes violentes" de l'extrême droite et rappellent que "des membres du service d’ordre ont été blessés" après l’affrontement avec les individus armés de matraques télescopiques. Ils appellent également Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale, à "engager des poursuites au nom de l'institution contre les militants qui ont tenté d'attaquer la conférence".

Une agression sanctionnée par la place Beauvau

Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait invité les deux élus à porter plainte en condamnant l’acte. "La liberté d'expression est une liberté fondamentale et ce qui s'est passé est inacceptable", a-t-il notamment déclaré sur Twitter.

Louis Boyard et Carlos Martens Bilongo étaient présents dans la soirée de mercredi à l’intérieur de l’établissement universitaire dans le cadre de l’opération "La LFI-Nupes débarque dans ta fac", lorsqu’"une vingtaine d'individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes" ont tenté de s'introduire dans la salle, selon un communiqué de l'Université Bordeaux Montaigne qui a condamné les faits.

La police est alors intervenue "pour disperser les agitateurs" qui ont également voulu perturber la tenue d'une pièce de théâtre. Les deux événements ont pu se poursuivre par la suite.

Lire aussi

Cette affaire survient après l'ouverture d'une enquête, mardi à Lyon, sur l'agression de militants insoumis dans un quartier où l'ultradroite est implantée de longue date, et alors que les deux individus ont été au cœur d’affaires médiatiques majeures au cours des dernières semaines.


Dylan Veerasamy avec AFP

Tout
TF1 Info