Les handicapés, victimes collatérales du projet de loi Logement ? Le ministre Jacques Mézard s'explique

Matthieu Jublin
Publié le 3 avril 2018 à 16h51
Les handicapés, victimes collatérales du projet de loi Logement ? Le ministre Jacques Mézard s'explique

Source : BERTRAND GUAY / AFP

INTERVIEW - Alors que 13 associations représentatives de personnes handicapées présentent le projet de loi Logement comme une "régression sociale", le ministre de la Cohésion des territoires a répondu aux critiques sur LCI, avant de présenter le projet de loi en conseil des ministres mercredi.

Le gouvernement va-t-il se mettre à dos des centaines de milliers de personnes à mobilité réduite ? Alors que 13 associations représentant des personnes handicapées et âgées s'inquiètent du projet de loi Logement, le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard a choisi LCI pour s'expliquer, avant de le présenter mercredi en Conseil des ministres.

Dans un communiqué, les 13 associations, dont l'Association des paralysés de France (APF), ATD Quart Monde, la Fédération nationale des associations de retraités, ou la Fnath (Fédération des accidentés de la vie), s'inquiètent d'une "grave régression sociale", notamment à propos d'une mesure qui prévoit "de réduire à 10% le nombre des logements neufs accessibles, au lieu de 100% aujourd'hui".

Alors que le gouvernement a pour objectif de "construire plus, mieux, moins cher", le projet de loi prévoit de simplifier plusieurs normes de construction. L'article 17 indique que les logements collectifs ne doivent plus être entièrement accessibles aux personnes à mobilité réduite. Dans les bâtiments d'habitation ou à usage mixte, seul un logement sur 10 devra être accessible, les autres devront être "évolutifs", c'est-à-dire modifiables en cas de perte d'autonomie ou de vieillissement de l'habitant. Le gouvernement affirme qu'il ne suffira que de "simples travaux" (cloisons amovibles, changement de la douche).

C'est un sujet qui à l'époque ne soulevait pas de réactions négatives

Jacques Mézard

Je n'entends pas tromper qui que ce soit

Jacques Mézard

VIDÉO - Mal-logement : la Fondation Abbé Pierre tire la sonnette d'alarmeSource : JT 13h Semaine
JT Perso

Il s'agit de transformer une douche ou une baignoire, ou d'enlever une cloison

Jacques Mézard

Sur les petites lignes ferroviaires, ma position reflète celle du gouvernement

Jacques Mézard


Matthieu Jublin

Tout
TF1 Info