Insécurité à Mayotte : Gérald Darmanin sur place dimanche pour préparer une opération "Wuambushu 2"

par J.F
Publié le 10 février 2024 à 10h55, mis à jour le 12 février 2024 à 16h18

Source : JT 20h WE

Le ministre de l'Intérieur se rend à Mayotte ce dimanche, accompagné de la nouvelle ministre des Outre-mer, Marie Guévenoux.
L'objet du déplacement est la lutte "contre la délinquance et l'immigration illégale" et la préparation d'une opération Wuambushu 2.

À peine nommée, la ministre déléguée aux Outre-mer Marie Guévenoux s'envole pour Mayotte ce dimanche, en compagnie du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. L'objet de ce déplacement a été clairement annoncé dans un communiqué du ministère de l'Intérieur diffusé vendredi : "Lors de ce déplacement, Gérald Darmanin échangera avec les forces vives de l’île afin de préparer la mise en œuvre d’une nouvelle opération d’ampleur pour lutter contre la délinquance et l’immigration illégale", soit une opération Wuambushu 2. 

Lancée au printemps 2023, l'opération Wuambushu, destinée à lutter contre la criminalité, l'immigration illégale et l'habitat insalubre à Mayotte, visait notamment à tarir le flux des arrivées de migrants des Comores voisines et à détruire les bangas (cases) insalubres organisés en bidonville, de plus en plus nombreux. Quelques mois après, son bilan est décrié : elle n'a pas enrayé les violences, les objectifs en matière de lutte contre l'immigration illégale n'ont pas été remplis, et en décembre la moitié des bangas qui devaient être détruits l'étaient.

Gérald Darmanin et Marie Guévenoux seront accompagnés de plusieurs directeurs généraux du ministère de l'Intérieur "et d'une quinzaine de gendarmes du GIGN qui viendront renforcer les effectifs sur place pour mener des opérations coup de poing". Ils "entendent également renouer le dialogue avec les élus de l'archipel et les citoyens, mais également avec les acteurs économiques dont l'activité est rendue difficile par les barrages qui bloquent la circulation depuis plusieurs semaines", selon Beauvau.

L'île paralysée par des barrages routiers

Le département français dans l'Océan indien, déjà touché par une crise de l'eau aiguë, est paralysé depuis le 22 janvier par des barrages routiers installés par des "collectifs citoyens" pour protester contre l'insécurité et l'immigration incontrôlée. Ils demandent l'expulsion de réfugiés originaires d'Afrique des Grands lacs, installés dans un camp de fortune autour du stade de Cavani, à Mamoudzou, et réclament la fin des actes de délinquance et des affrontements. Le mouvement a en outre élargi ses revendications et demande la fin de "mesures législatives d'exception" qui, selon les manifestants, consacrent l'inégalité de Mayotte avec le reste de la France. Ils visent notamment le "séjour territorialisé", qui empêche les détenteurs d'un titre de séjour à Mayotte de se rendre en métropole.


J.F

Tout
TF1 Info