LIVE POLITIQUE - Il n'y aura "pas d'augmentation du point d'indice" pour les fonctionnaires, annonce Darmanin

La rédaction de LCI
Publié le 29 juin 2017 à 21h35
JT Perso

EN DIRECT - Édouard Philippe dénonce un "dérapage" budgétaire de 8 milliards d'euros légué par le précédent gouvernement et annonce de nouvelles économies pour faire face à cette situation "inacceptable". Il n'y aura "pas d'augmentation du point d'indice" pour les fonctionnaires, annonce d'ores et déjà le ministre du Budget, Gérald Darmanin.

#LÉGISLATIVES

Sébastien Maurel (REM), battu au second tour des élections législatives dans la 1ère circonscription du Lot par Aurélien Pradié (LR) a annoncé avoir déposé un recours après avoir constaté de "nombreuses irrégularités". "Dans 70% des communes que j'ai vérifiées, j'ai constaté de nombreuses irrégularités, dont 400 enveloppes vides signées" a expliqué Sébastien Maurel, qui a perdu avec 15.516 voix (48,68%) contre 16.358 (51,32%) pour Aurélien Pradié. 

#DARMANIN

Sur France 2, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a annoncé qu'il n'y aurait "pas d'augmentation du point d'indice" pour les fonctionnaires après le rapport alarmiste de la Cour des comptes sur la situation budgétaire de la France. 

Le gel du point de l'indice fait partie des pistes proposées par la Cour dans le cadre de son audit révélé jeudi, selon lequel la France doit prendre des mesures d'économies pour contenir son déficit à 3% du PIB cette année afin de respecter les traités européens. 

#PCF

Les députés communistes et sénateurs du groupe communiste républicain et citoyen ont eux aussi décidé de ne pas se rendre à Versailles pour le Congrès lundi prochain. "Nous n'irons pas à Versailles adouber le monarque présidentiel. Nous n'irons pas à Versailles pour valider le court-circuit du travail de l'Assemblée, à la veille du discours de politique générale du Premier ministre et du vote de confiance au gouvernement" ont-ils écrit dans un communiqué. "Ce n'est pas respectueux de l'Assemblée nouvellement élue."

#PHILIPPE

#PHILIPPE

"Nous nous engageons à contenir le déficit à 3% du PIB cette année" a dit le Premier ministre. Il a ajouté que pour réduire le déficit, il n'y aurait pas d'augmentation d'impôts mais des économies.

#PHILIPPE

Après l'audit de la Cour des comptes, le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré : "Nous héritons d'un dérapage de 8 milliards d'euros", "c'est inacceptable".

#MACRON

En déplacement à Berlin, Emmanuel Macron a dit vouloir convaincre Donald Trump de l'importance pour les Etats-Unis d'entretenir de bonnes relations avec l'Europe et la France. Alors que le président américain assistera au défilé militaire du 14-Juillet sur les Champs-Elysées, il espère également le "ramener à la raison" sur l'Accord de Paris sur le climat.

#PCF

Le Parti communiste a appelé à un "rassemblement" lundi à Versailles contre "la dérive monarchique" que représente selon lui la réunion du Congrès à Versailles. "Le tiers Etat se donnera rendez-vous à Versailles pour protester contre le coup de force institutionnel d'Emmanuel Macron" a annoncé le parti dans un communiqué.

Les députés et sénateurs communistes doivent décider s'ils assisteront à ce discours.

#LOI D'HABILITATION

L'Assemblée nationale examinera dès le 10 juillet le projet de loi d'habilitation du gouvernement à réformer par ordonnances le Code du travail. L'examen en première lecture de ce texte est programmé du lundi 10 au jeudi 13 juillet, avec une éventuelle prolongation des débats le lundi 17 juillet. La date du vote sur l'ensemble du projet de loi n'a pas encore été fixée.

#MÉLENCHON

VIDÉO - "Nous nous rebellons et nous ne nous soumettons pas. Nous n'irons pas" : Regardez l'annonce par Jean-Luc Mélenchon du boycott du Congrès de Versailles par La France insoumise 

Mélenchon annonce le boycott du Congrès par son groupe parlementaireSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

#CASTANER

#MÉLENCHON

"Nous n'irons pas à Versailles" répète Jean-Luc Mélenchon. "Nous lui demandons (à Emmanuel Macron, ndlr) de réfléchir sérieusement à ce qu'il est en train de faire. Qu'il ne croit pas que nous n'ayons pas compris." Le leader de La France insoumise demande aux Français s'ils veulent "voir un monarche déjà plein de pouvoir se transformer en pharaon".

#MÉLENCHON

"Nous sommes profondément respectueux de notre République. Quand je dis République je n'évoque pas de numéro, j'évoque l'idée républicaine. Quels sont les moyens dont nous disposons pour faire entendre notre contestation ? Pour dire aux Français 'Attention, quelque chose d'important est en train de se passer'. Par quel moyen s'opposer ? Par quel moyen faire connaître notre position ? Puisque nous sommes invités pour entendre le monarque présidentiel (...) eh bien nous nous rebellons et nous ne nous soumetttrons pas. Nous n'irons pas."

#MÉLENCHON

Jean-Luc Mélenchon qualifie la convocation du Congrès par Emmanuel Macron de "dérive pharaonique de la monarchie présidentielle. Quel besoin pour le président d'intervenir 24 heures avant son Premier ministre ? Le message qui nous est donné est la prééminence absolue du président."

#MÉLENCHON

"Le président, une fois que nous l'aurons entendu (au Congrès, ndlr), n'entendra personne car il s'en va. Nous aurons le loisir, le reste de la journée de faire des déclarations qui ne s'adresseront à personne et qui donc pourront être assimilées à des bavardages. Des bavardages convoqués à grands frais et sans résultats. On ne votera sur rien, on parlera. Mais nous ne sommes pas dupes du double message qui nous est adressé. Le président aura beau dire qu'il respecte la représentation nationale, ce n'est pas ce que nous voyons. Il suffit de voir les conditions dans lesquelles nous sommes invités à travailler sur les ordonnances. Cela se voit aussi dans l'Assemblée. Nous vivons une élimination absolue de notre groupe à la participation de toutes les commissions."

#MÉLENCHON

Jean-Luc Mélenchon s'exprime sur la réunion du Congrès lundi prochain à Versailles : "C'est un franchissement de seuil que de nous convoquer. (...) C'est un moyen de pression dont s'est doté l'exécutif contre le législatif" estime-t-il, en plein débat sur la réforme de la loi travail.

#CONGRÈS

Selon nos informations, les 17 députés du groupe parlementaire de la "France insoumise" n'iront pas écouter le discours d'Emmanuel Macron à Versailles. Ils ont en effet décidé de boycotter la réunion du Congrès, lundi. 

#MACRON

En marge d’un déplacement à Berlin, Emmanuel Macron a expliqué le sens de la présence du drapeau européen sur son portrait officiel. "C’est le sens de ma campagne et de mon engagement. La France ne peut réussir sans une Europe forte  et l’Europe ne peut avancer s'il n'y pas une France forte et responsable", a-t-il souligné.

REAX MACRON SUR SA PHOTOSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

#AUDIT

Commandé par le nouveau gouvernement, le rapport de la Cour des comptes sur le budget de l'État vient d'être dévoilé. Le déficit public devrait atteindre 3,2% du produit intérieur brut en France en 2017 à politique inchangée, soit 0,4 point de plus que l'objectif fixé sous François Hollande, selon les sages.  

La Cour évoque "des dépenses publiques manifestement sous-évaluées" et "des recettes publiques un peu surestimées" par le précédent gouvernement.

"Un effort d'économies sans précédent" sera "nécessaire pour respecter la trajectoire du programme de stabilité", présenté à la Commission européenne, notamment en 2018, prévient la Cour, qui fustige par ailleurs les prévisions budgétaires du gouvernement sortant, entachées selon elle "d'insincérités".

#PORTRAIT OFFICIEL

Après la publication de la photo officielle du président Emmanuel Macron, chacun y va de son petit commentaire. 

#COULISSES

La conseillère presse et communication du président, Sibeth Ndiaye, a publié sur Twitter une vidéo sur les coulisses du portrait officiel. On y voit Emmanuel Macron disposer son décor.

#LEPEN

La présidente du FN, Marine Le Pen, annonce qu'elle se rendra lundi prochain au Congrès de Versailles.

#PORTRAIT OFFICIEL

Emmanuel Macron vient de dévoiler son portrait officiel sur les réseaux sociaux.

#JÉGO

Le député UDI Yves Jégo vient d’annoncer son intention de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel après l'élection des 6 vice-présidents de l'Assemblée, tous issus de la majorité. Selon lui, le règlement de l’Assemblée n’a pas été respecté.

REAX JEGO SAISINE CONSEILSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

#COMMISSIONS

Les différents présidents des commissions parlementaires permanentes sont actuellement en train d'être désignés. Outre Eric Woerth (Finances), viennent d'être élus Marielle de Sarnez (Affaires étrangères) et Barbaba Pompili (Développement durable) et Jacques Bridey (Défense).

#WOERTH

Eric Woerth a été désigné président de la Commission des Finances. La spécificité de cette commission est qu’elle est depuis 2007 présidée par un député de l’opposition. Avec 13 voix, l’ancien ministre du Travail a été élu à l’issue du 3e tour face à Charles de Courson (7 voix) et Valérie Rabault (6 voix).

#BOYCOTT

Après les députés Jean-Christophe Lagarde et Régis Juanico, c'est au tour de la sénatrice Esther Benbassa d'annoncer qu'elle boycottera la séance du Congrès lundi à Versailles. "Elle préfère que cet argent dépensé dans cette cérémonie aille aux associations à Calais qui viennent en aide aux réfugiés et leurs besoins élémentaires", indique l'entourage de la sénatrice EELV.

#DEHORS

Le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, a déclaré qu'une éventuelle exclusion des députés LR membres du groupe "Les Constructifs" à l'Assemblée nationale serait examinée en bureau politique le 11 juillet. "Nous en débattrons au prochain bureau politique parce qu'ils s'étaient déjà éloignés d'eux-mêmes par leur choix, il conviendra probablement d'aller plus loin", a estimé l’ancien président de l’Assemblée nationale, invité de L'Opinion.

"On voit aujourd'hui qu'ils se disent d'opposition pour pouvoir disposer des postes, s'octroyer les postes de l'Assemblée qui constituent l'équilibre démocratique de l'Assemblée nationale", a poursuivi Bernard Accoyer en référence à l'élection de Thierry Solère comme questeur mercredi, aux dépens du député LR Eric Ciotti. "C'est un vrai scandale politique", a-t-il commenté, évoquant une "décision téléguidée par l'Elysée au mépris de nos institutions".

#CIOTTI

#FASQUELLE

Même s’il se dit inquiet par la "dérive autocratique" d’Emmanuel Macron, le député LR Daniel Fasquelle assure qu’il se rendra au Congrès lundi à Versailles. "Je ne suis pas un partisan de la chaise vide", a-t-il indiqué.

Fasquelle (LR) dénonce la "dérive autocratique" du président MacronSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

#ASSEMBLÉE

#MACRON

L’Élysée a indiqué hier qu’Emmanuel Macron ne donnera pas d'interview télévisée le 14 juillet, rompant ainsi avec une tradition vieille de plus de 40 ans mise en place par Valéry Giscard d'Estaing. L’entourage présidentiel précise au Monde "qu’il n’y a pas de refus d’obstacle avec la presse" mais que "la pensée complexe" du président se prête mal au jeu des questions réponses avec les journalistes. Rappelons que Nicolas Sarkozy n'avait lui aussi pas accordé d'interview télévisé le 14 juillet 2007, juste avant son élection. Il s'est contenté de répondre à quelques questions en duplex au 20H de France 2.

#CONGRÈS

#JACOB

Le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée Christian Jacob "en appelle clairement au président de la  République" pour que "les droits de l'opposition soient respectés" après l'élection du député "constructif" Thierry Solère aux dépens du LR Eric Ciotti à la questure du Palais Bourbon. "Cette élection est une supercherie avec un individu qui a menti à son propre groupe", s'est insurgé le député de Seine-et-Marne sur CNEWS.

#CIOTTI

Le député LR Eric Ciotti verrait d'un bon oeil l'élection de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains. "Je le souhaite", a-t-il dit sur RMC.

#CIOTTI

En colère contre Thierry Solère qui lui a chipé le poste de questeur à l'Assemblée, Eric Ciotti l'a qualifié de "professionnel de la trahison" qui vient de "toucher les dividendes" de son "ralliement" à Emmanuel Macron. Au micro de RMC, le député LR a rappelé au passage que Thierry Solère faisait "l'objet d'une enquête préliminaire dans un dossier fiscal très lourd".

#CIOTTI

Invité sur RMC, le député LR Eric Ciotti voit "très clairement" une humiliation du Premier ministre Edouard Philippe dans le choix de la date du Congrès, à la veille du discours de politique générale. "Il n’y a plus de Premier ministre. Choisir la veille du discours de politique générale n’est pas anodin, cela équivaut à renvoyer le Premier ministre à un rôle subalterne", a-t-il déclaré.

#CARVOUNAS

"Dans aucune démocratie au monde, un seul homme (Emmanuel Macron, ndlr) n'a autant de pouvoirs concentrés entre ses mains et aucune démocratie au monde ne voit le Parlement autant floué dans ses prérogatives", a déclaré le député Luc Carvounas sur LCI.

#CARVOUNAS

Le député socialiste, Luc Carvounas, a assuré qu'il ne voterait pas la confiance au gouvernement mardi.

#CARVOUNAS

Invité sur LCI, le député PS Luc Carvounas, a indiqué qu'il se rendrait bien au Congrès lundi. "Je serai au Congrès, le rôle d’un parlementaire, c’est d’être présent", a-t-il dit.

#JACOB

Invité sur CNEWS, le patron des députés Les Républicains, Christian Jacob, n'a pas exclu de boycotter la séance au Congrès lundi. "On étudiera cela tout à l'heure en réunion de groupe", a-t-il indiqué, dénoncant "une certaine confusion" et "une pratique surprenante de notre Constitution".

#CONGRÈS

Emmanuel Macron a décidé de convoquer le Congrès lundi pour détailler les réformes de son début de mandat. Sauf que plusieurs députés ont d'ores et déjà annoncé qu'ils ne se rendront pas à Versailles pour assister à son discours, parmi lesquelles le centriste de l'UDI Jean-Christophe Lagarde ou encore le socialiste Régis Juanico.

#PATAQUÈS

La répartition des postes clés a donné lieu mercredi à une bataille entre "groupes d'opposition" virant à un psychodrame "digne de la IVème République" selon certains députés. Entamée à 15 heures, la séance a été levée à 00h35. En 2012 la même séance, où on entérine le partage des postes préalablement convenu, avait duré cinq minutes.

Mercredi à l'Assemblée nationale la nomination de Thierry Solère, membre du groupe Les constructifs comme troisième questeur alors qu'Eric Ciotti, membre du groupe LR était également candidat, s'est traduite par une guerre ouverte entre les deux clans Républicains. 

Emmanuel Macron, qui a annoncé hier qu'il s'exprimerait devant le Parlement réuni en Congrès le lundi 3 juillet prochain, se rendra lui à Berlin pour une réunion européenne préparatoire au sommet du G20.

Enfin, il s'agit du dernier jour pour les candidats qui souhaiteraient déposer un recours contre leur adversaire aux législatives.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info