Loi Travail : Hollande déplore les violences mais affirme qu'il ne "cédera pas"

Le service METRONEWS
Publié le 17 mai 2016 à 8h53
Loi Travail : Hollande déplore les violences mais affirme qu'il ne "cédera pas"
L'essentiel

LOI TRAVAIL - Invité au micro d'Europe 1 ce mardi matin, le Président a assuré que la loi Travail allait passer, en dépit des nombreuses manifestations prévues cette semaine par les opposants au projet. François Hollande appelle à "ne pas se complaire dans l'idée que le pays est bloqué".

Alors que les opposants à la loi Travail ne décolèrent pas et que les acteurs sociaux prévoient de bloquer le pays toute cette semaine pour demander l'abandon du projet, François Hollande a confirmé qu'elle passerait. Interrogé ce mardi matin sur le sujet au micro d'Europe 1, François Hollande a réaffirmé son intention de réformer le monde du travail grâce à la loi El Khomri.

"La France est un pays de libertés dans lequel on peut manifester"

"Cette loi a été discutée, concertée, amendée. (...) Il faut arrêter de se complaire dans l'idée que le pays est bloqué, qu'on ne peut rien faire", a martelé le chef de l'Etat. "Je conduis [les citoyens] vers une social-démocratie à la française, dans laquelle l'Etat a toute sa place et les acteurs sociaux tout leur rôle". Toutefois le Président regrette les débordements et les violences qui ont eu lieu lors des manifestations. "La France est un pays de libertés dans lequel on peut manifester même dans un contexte difficile".

Mais il est inconcevable, selon lui, que de tels mouvements conduisent un étudiant à perdre définitivement l'usage de son œil ou qu'un autre soit poursuivi pour tentative d'homicide sur un policier : "350 policiers ont été blessés mais certains jeunes ont aussi été touchés, qui n'avaient rien à voir avec les casseurs". "Des consignes ont été données pour que l'on puisse manifester pacifiquement et que les casseurs soient sanctionnés". Et de conclure en rejoignant les propos tenus dernièrement par Bernard Cazeneuve : "Manifester c'est un droit, casser c'est un délit et ce sera puni".

A LIRE AUSSI
>>  François Hollande : "Si les comptes s'améliorent, les impôts des Français baisseront"
>>  Etudiant éborgné à Rennes : le préfet de Bretagne défend l'action de la police >>  Violences policières : recenser les blessés, une mission si difficile ?
>>  VIDEO - Des CRS passent à tabac un manifestant masqué