Élections législatives : le camp présidentiel perd sa majorité absolue, poussée historique du RN

Majorité absolue, relative, cohabitation... Les scénarios des élections législatives

Publié le 8 juin 2022 à 17h41
JT Perso

Source : JT 20h WE

Que décideront les Français lors des élections législatives ?
De la majorité absolue pour Emmanuel Macron à la cohabitation rêvée par Jean-Luc Mélenchon, on fait le point sur les différents scénarios du scrutin.

Emmanuel Macron a été réélu pour un deuxième mandat à la présidence de la République, mais va-t-il pouvoir appliquer son programme comme il le souhaite ? C'est l'un des enjeux des élections législatives, dont le premier tour se tient ce dimanche 12 juin. À l'issue du scrutin, 577 députés seront élus et composeront l'Assemblée nationale pour les cinq prochaines années. À quoi pourrait-elle ressembler ?

Emmanuel Macron obtient la majorité absolue

C'est le scénario traditionnel depuis l'inversion du calendrier électoral. Quelques semaines après avoir été élu, le président de la République obtient généralement la majorité absolue au palais Bourbon, à savoir au moins 289 députés. Emmanuel Macron lui-même a profité de cet "état de grâce" en 2017, avec 350 élus LaREM ou MoDem à l'Assemblée nationale au début de son premier mandat.

Dès lors, si la majorité reste fidèle au gouvernement, l'exécutif peut mener sa politique comme il l'entend, l'opposition n'étant pas suffisamment nombreuse pour bloquer ses projets de loi.

Le gouvernement bénéficie d'une majorité relative

C'est l'espoir de l'opposition, répété notamment par Marine Le Pen. La finaliste déçue de la présidentielle enjoint depuis des semaines ses électeurs à ne "pas donner les pleins pouvoirs à Emmanuel Macron", même si l'ex-présidente du RN anticipe une majorité pour le chef de l'État. Celle-ci ne pourrait être que relative : le gouvernement dispose du groupe le plus important à l'Assemblée nationale, sans atteindre le seuil de 289 députés.

Dès lors, l'exécutif resterait sous la menace de ne pas pouvoir appliquer son programme, car le nombre de députés de l'opposition serait supérieur à celui de la majorité. Le gouvernement serait alors obligé de chercher des alliances au cas par cas, sur chaque texte, pour faire voter ses projets de loi. Selon notre sondage Ifop pour LCI daté du 7 juin, cette situation est loin d'être impossible. D'après les estimations, Ensemble! obtiendrait entre 250 et 290 députés le 19 juin prochain.

L'opposition impose une cohabitation

C'est le rêve de Jean-Luc Mélenchon. Avant même l'issue de l'élection présidentielle, le leader de La France insoumise a appelé les Français à l'"élire Premier ministre". Il a pour cela mis toutes les chances de son côté en s'alliant avec le Parti socialiste, Europe Écologie-Les Verts et le Parti communiste sous la bannière "Nupes". Si les députés de la coalition de gauche - ou d'un autre parti d'opposition - deviennent les plus nombreux à l'Assemblée, Emmanuel Macron serait alors sous pression pour désigner un Premier ministre issu des rangs du groupe majoritaire. Ce que l'on appelle une "cohabitation".

Lire aussi

Cette situation s'est déjà produite par le passé : Lionel Jospin a été Premier ministre de Jacques Chirac (1997-2022), lui-même Premier ministre de François Mitterrand quelques années auparavant (1986-1988). Mais elle n'a jamais été réitérée depuis l'inversion du calendrier électoral, qui place les législatives quelques semaines seulement après la présidentielle. Ce serait alors inédit sous la Ve République.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info