Manif anti-loi Travail : Arnaud Montebourg étrille François Hollande

Vincent Michelon
Publié le 22 juin 2016 à 20h34
Manif anti-loi Travail : Arnaud Montebourg étrille François Hollande
L'essentiel

MEETING - A Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), Arnaud Montebourg, candidat pressenti à la primaire de la gauche, n'a pas eu de mots assez durs sur la façon dont François Hollande et Manuel Valls ont géré la polémique sur la manifestation du 23 juin.

Arnaud Montebourg lâchait des pics. Désormais, il lâche des coups. En meeting devant quelques milliers de personnes à Joué-lès-Tours, pour défendre son " projet France ", le probable candidat à la primaire de gauche a eu la dent particulièrement dure contre l'exécutif. Surtout après les multiples rebondissements autour de la manifestation anti-loi Travail du 23 juin, d'abord interdite, puis autorisée in extremis par Bernard Cazeneuve.

Arnaud Montebourg a violemment tancé l'attitude de François Hollande et de Manuel Valls vis-à-vis des syndicats. Il a commencé très fort, réagissant devant la carte du parcours autorisé de la manif de jeudi à Paris, qui tourne en boucle autour du bassin de l'Arsenal. "Ça résume le quinquennat !" a-t-il lâché.

Devant son public, l'ancien ministre de l’Economie, apôtre du "made in France", a dénoncé ensuite "la perte d'autorité au sommet de l'Etat" après cette journée particulièrement chaotique au terme de laquelle les syndicats ont obtenu gain de cause après avoir essuyé la première interdiction de manifester depuis 1962 .

"Grand projet alternatif"

"La journée a été préjudiciable à l'autorité de l'Etat, j'en ai conçu quelque tristesse", a-t-il euphémisé. Bien sûr, Arnaud Montebourg construit patiemment l'image du candidat alternatif qu'il aimerait incarner lors des primaires face à François Hollande. Il a ainsi promis d'échafauder un "grand projet alternatif" pour remplacer "la machine à trahir". A ce titre, l'aile gauche du PS a souvent dénoncé dans la loi Travail une réforme qui ne figurait pas dans les engagements de campagne de François Hollande en 2012.

"Le peuple français est pris en tenaille entre le social libéralisme et le FN. C'est pourquoi nous construisons le "projet France", a-t-il renchéri. Pas de doute, Arnaud Montebourg est d'ores et déjà en campagne pour 2017.


Tout
TF1 Info