Marine Le Pen sur son père : "Pour quelques minutes d'existence médiatique, il ferait n'importe quoi"

La rédaction de LCI
Publié le 9 février 2018 à 14h49, mis à jour le 9 février 2018 à 17h05
Marine Le Pen sur son père : "Pour quelques minutes d'existence médiatique, il ferait n'importe quoi"

FEUILLETON - La justice a confirmé ce vendredi l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national, tout en lui permettant de conserver son statut de président d'honneur. Le fondateur du FN, engagé depuis deux ans et demi dans un conflit ouvert avec sa fille, menace de recourir à la force publique pour se rendre au prochain congrès, en mars.

Il s'accroche à la barque FN. Congédié du parti d'extrême droite en août 2015 à l'initiative de Marine Le Pen, le fondateur du parti d'extrême droite a fait l'objet d'une nouvelle décision de justice partiellement favorable ce vendredi. Si la cour d'appel de Versailles a de nouveau validé son exclusion du FN, elle a confirmé le maintien de Jean-Marie Le Pen dans son statut de président d'honneur, fonction sur-mesure créée pour lui lorsqu'il avait passé la main à sa fille à la tête du parti en 2011. 

La justice a estimé que l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du FN en tant que membre n'avait "pas d'effet sur sa qualité de président d'honneur", car les statuts du parti ne prévoient pas que cette fonction symbolique soit réservée aux seuls adhérents. "C'est une très grande satisfaction", a réagi sur BFMTV le conseiller historique de Jean-Marie Le Pen, Lorrain de Saint-Affrique. "Il est dans son bon droit. Et il est probable qu'il voudra l'exercer." 

Lire aussi
En juin 2017, Jean-Marie Le Pen avait trouvé les grilles du siège du FN fermées à NanterreSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

"Pour quelques minutes d'existence médiatique, il ferait n'importe quoi"

"Dans un mois, ce problème sera totalement réglé", a réagi au contraire le secrétaire général du FN Steeve Briois. Ce dernier faisait référence à la suppression prévue du statut de président d'honneur dans le cadre du congrès du parti, les 10 et 11 mars prochains à Lille. "Les adhérents ont déjà été consultés il y a deux ans et ils ont souhaité à 95% supprimer la présidence d'honneur", a jugé Steeve Briois. Le FN estime également que l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du FN l'empêche de fait de participer au prochain congrès, et qu'il lui en refusera l'accès. 

Pas question pour Jean-Marie Le Pen de laisser passer cela. Le fondateur du FN a d'ores et déjà annoncé qu'il se rendrait à Lille en faisant appel, si nécessaire, au concours "de la force publique". Ce qui a fait bondir la présidente du FN. "Pour quelques minutes d'existence médiatique, il ferait n'importe quoi", a déclaré Marine Le Pen au Parisien, qui a tenu à rappeler que son 

père n'a "juridiquement aucun droit d'assister" au congrès.

Elle cite l'article 11bis des statuts du FN selon lequel l'assemblée générale du FN "peut nommer un président d'honneur (...) Il est membre de droit de toutes les instances du mouvement (conseil national, comité central, bureau politique, bureau exécutif, commission nationale d'investitures)". Or "cette liste limitative n'inclut aucune des assemblées générales qui nécessitent d'être adhérent à jour" du FN, poursuite Marine Le Pen. Episode à suivre. 


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info