Après les élections législatives, une France ingouvernable ?

Remaniement : quels sont les ministres qui vont quitter le gouvernement Borne ?

F.S.
Publié le 3 juillet 2022 à 11h16
JT Perso

Source : TF1 Info

Le remaniement gouvernemental est attendu lundi ou mardi, avant le discours de politique générale d'Elisabeth Borne mercredi.
Entre ceux défaits aux législatives, ceux qui ont choisi d'autres postes et ceux visés par des enquêtes, au moins quatre ministres seront remplacés.
Le point sur ces départs.

Moins de deux mois après leur nomination, certains ministres sont déjà sur le départ. Après un week-end de tractations, le remaniement gouvernemental devrait avoir lieu lundi ou mardi, avant la déclaration de politique générale d'Élisabeth Borne prévue le mercredi 6 juillet. Un exercice d'équilibriste, tant les enjeux sont nombreux. Au-delà de tenir compte des nouvelles forces politiques présentes à l'Assemblée nationale, la Première ministre va a minima devoir remplacer les ministres défaits aux législatives ou partis vers d'autres postes.

Quatre femmes quittent le gouvernement

Car les règles du jeu étaient claires. Celles et ceux qui auront échoué à se faire élire député devront démissionner. Une consigne simple fixée par Emmanuel Macron qui pousse au moins trois ministres vers la sortie. Encore en poste, la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin et la secrétaire d'État chargée de la Mer, Justine Bénin, savent d'ores et déjà qu'elles perdent leur place au gouvernement. 

Elisabeth Borne va également devoir trouver la successeure au ministère des Outre-mer. Après avoir passé à peine plus d'un mois à la tête du ministère, Yaël Braun-Pivet a déjà quitté son poste, le 21 juin, afin de devenir la première présidente de l'Assemblée nationale. En tout, cela fait quatre ministres certains de quitter l'exécutif. Des postes d'autant plus difficiles à pourvoir qu'il faut remplacer quatre femmes dans le but de respecter la parité. 

Lire aussi

Au-delà de ces remplacements connus, le remaniement pourrait être l'occasion de se soulager de certains profils polémiques qui fragilisent l'exécutif. Elisabeth Borne pourrait ainsi désirer le départ de Damien Abad, le ministre des Solidarités, et celui de Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d'État chargée de la Francophonie, tous les deux visés par des accusations de viol. 

Enfin, les différentes discussions entre Emmanuel Macron et les représentants des forces politiques pourraient également pousser l'exécutif à rajouter quelques portefeuilles, afin de séduire son aile gauche ou droite. 

Si certains départs sont connus d'avance, le mystère reste total concernant les nominations à venir et un éventuel élargissement, tant l'équation s'annonce compliquée pour l'exécutif. Fin du suspense en début de semaine prochaine. 


F.S.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info