Mercredi 22 mai, Marie-France Garaud, l’éminence grise de Georges Pompidou et Jacques Chirac, s’est éteinte à l’âge de 90 ans.
Cette conseillère de l’ombre et ancienne eurodéputée a notamment exercé une influence déterminante auprès de Jacques Chirac, durant son ascension politique dans les années 70.

Marie-France Garaud n'est plus. L'ancienne conseillère emblématique des présidents Georges Pompidou et Jacques Chirac est décédée mercredi à son domicile de Saint-Pompain (Deux-Sèvres) à l’âge de 90 ans, a annoncé son fils ce jeudi à l’AFP. 

Figure de la droite conservatrice, cette femme de l’ombre était vue comme l'une des éminences grises de Georges Pompidou. À ses côtés, à Matignon puis à l'Élysée (1967-1974), elle est alors qualifiée par le magazine Newsweek de "femme la plus puissante de France". Avec Pierre Juillet, gaulliste sourcilleux et lui aussi conseiller influent du président, elle forme un tandem admiré et craint, qui fait et défait les carrières.

Lorsque Valéry Giscard d'Estaing est élu président et nomme Jacques Chirac à Matignon, c'est auprès de ce jeune Premier ministre que le duo s'active. Il le pousse notamment à se présenter à la mairie de Paris en 1977, avec succès, ou encore à lancer "l’appel de Cochin" sur l'Europe un an plus tard, sur une ligne conservatrice et souverainiste.

"Elle exerçait une forme de fascination par son autorité"

Jacques Chirac s'était pourtant éloigné quelques mois plus tard de cette incontournable conseillère, qui s'était présentée face à lui lors de l'élection présidentielle de 1981. Cette année-là, elle apparaît sur le devant de la scène pour y défendre un "réarmement moral" de l'Occident, mais n'obtient que des miettes, avec 1,32% des suffrages. "Le pouvoir politique, je ne l'ai pas exercé, peut-être ai-je eu de l'influence ?", disait cette virtuose de la politique politicienne à l'impeccable chignon et aux stricts tailleurs Chanel.

"C'était quelqu'un, elle ne pouvait pas laisser indifférent. Elle exerçait une forme de fascination par son autorité et ce halo d'éminence grise. Elle avait ce que beaucoup de responsables politiques n'ont plus, un caractère bien trempé, pas toujours commode, et une colonne vertébrale", a rendu hommage Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Élysée.

Marie-France Garaud avait été élue eurodéputée en 1999 sur la liste menée par Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Lors de la présidentielle 2017, cette gaulliste historique, farouche opposante à l'Europe de Maastricht, a apporté son soutien à Marine Le Pen avant le second tour. Une sortie remarquée pour une femme implacable, longtemps restée méconnue du grand public, malgré sa longue carrière dans les allées du pouvoir.


L.H avec AFP

Tout
TF1 Info