Mort du militant indépendantiste corse Yvan Colonna

Corse : la réunion avec le gouvernement reportée en raison des violences

Enola Richet avec AFP
Publié le 5 avril 2022 à 6h28
JT Perso

Source : JT 20h WE

Une réunion entre élus corses et gouvernement sur l'avenir institutionnel de la Corse était envisagée pour le 8 avril.
Elle est reportée en raison des violences survenues sur l’île.

La réunion prévue le 8 avril sur l'avenir institutionnel de la Corse est reportée jusqu'à nouvel ordre à la suite des importantes violences ayant éclaté lors de la manifestation de soutien à la famille d'Yvan Colonna, dimanche 3 avril, a appris l’AFP auprès de l'entourage de Gérald Darmanin.

"Les conditions d'un dialogue normalisé n'étaient guère réunies", a expliqué l'entourage du ministre. Cette décision intervient alors que le président-candidat, Emmanuel Macron, avait déjà jugé la situation "inacceptable", et assuré qu'il n'y aurait "pas de discussion" sans "retour à l'ordre préalable".

Dimanche, une manifestation pour Yvan Colonna, condamné à la perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac et mortellement agressé en prison par un autre détenu au début du mois de mars, a dégénéré en violents affrontements à Ajaccio. D'autres violences entre manifestants et forces de l'ordre ont également été signalées à Bastia. 

"Au total, ce sont près de 60 blessés, tant parmi les forces de l'ordre que les manifestants, qui n'ont d'ailleurs fait l'objet d'aucune condamnation publique", a ajouté la même source.

Gérald Darmanin interpellé par les indépendantistes

Cette réunion du 8 avril à Paris avait été annoncée par M. Simeoni mais jamais confirmée par le ministère de l'Intérieur. M. Simeoni, qui n'a pas encore réagi à ce report, avait participé à cette manifestation.

Lundi soir, l'indépendantiste Paul-Félix Benedetti a interpellé sur Twitter Gérald Darmanin, l'exhortant à choisir entre "ouvrir un véritable processus politique ou faire valoir un pseudo contexte sécuritaire en Corse", alors même que l'État français est, selon lui, responsable de l'assassinat d'Yvan Colonna.

Lire aussi

De son côté, le groupe d'opposition de droite à l'assemblée de Corse a exhorté les groupes politiques nationalistes à "appeler au calme". "Le débat démocratique est aujourd’hui menacé par la volonté d'en découdre d’une poignée de manifestants ultraviolents", ont ajouté les 17 élus du groupe Un Soffiu Novu, un Nouveau Souffle pour la Corse.

Lors de sa visite en Corse, du 16 au 18 mars, peu après le décès d'Yvan Colonna, M. Darmanin  s'était engagé à ouvrir "dès la première semaine du mois d'avril" des négociations sur "l'ensemble des problématiques corses", dont "l'évolution institutionnelle vers un statut d'autonomie restant à préciser".                                


Enola Richet avec AFP

Tout
TF1 Info