Le mouvement de grève du mardi 18 octobre

Crise des carburants, grève et 49.3 : une semaine à hauts risques pour le gouvernement

par Justine FAURE
Publié le 17 octobre 2022 à 18h55
JT Perso

Source : TF1 Info

Alors que sa gestion de la pénurie de carburants est critiquée et qu'il enchaîne les revers à l'Assemblée nationale, une nouvelle semaine à hauts risques s'ouvre pour le gouvernement.
Il devra notamment faire face à une grève interprofessionnelle ce mardi, et devrait dégainer le 49.3 pour faire adopter son budget 2023.

Les derniers jours n'ont pas été de tout repos pour le gouvernement, et ceux à venir pourraient être pires. L'exécutif débute ce lundi 17 octobre une semaine chargée sur le plan politique et social, qui pourrait lui faire gagner quelques points s'il la négocie bien, ou au contraire en perdre beaucoup auprès des Français. Voilà pourquoi en trois points.

Rétablir la situation dans les stations-services et contenir les prix

Voilà plus de deux semaines que le gouvernement promet que la situation dans les stations-services va s'améliorer, mais que ces propos ne sont pas suivis d'effets. Quand dimanche 9 octobre, 29,7% des stations-services connaissaient des difficultés sur un produit au moins, elles étaient 30,1% ce dimanche 16 octobre. Alors que les vacances de la Toussaint approchent et que l'exécutif a donné cette deadline pour le rétablissement de la situation, il a intérêt à tout faire pour qu'une amélioration soit constatée par les Français à la fin de la semaine.

Pour y parvenir, le gouvernement a lancé de nouvelles réquisitions sur deux dépôts de carburant pour alimenter les stations-service face à la grève qui se poursuit chez TotalEnergies. Et le président de la République a réclamé ce lundi une solution "le plus vite possible" pour "régler" la crise des carburants et a réuni dans l'après-midi à l'Élysée la Première ministre Elisabeth Borne et les membres du gouvernement concernés.

Aussi, alors que les approvisionnements sont perturbés par le mouvement social dans le secteur pétrolier, les prix ne cessent d'augmenter à la pompe. C'est pourquoi dimanche soir sur TF1, la cheffe du gouvernement Elisabeth Borne a confirmé "que la remise sur les carburants (30 centimes par litre, à la pompe, ndlr) va être prolongée jusqu'à mi-novembre. J'ai également eu le patron de Total au téléphone, qui va prolonger sa ristourne" de 20 centimes. De quoi faire patienter les consommateurs. 

Contenir la grogne sociale

Deux jours après la marche "contre la vie chère et l'inaction climatique" des partis de gauche, la CGT et FO notamment, appellent les salariés de tous les secteurs à faire grève et manifester mardi pour les salaires et contre les réquisitions dans les raffineries et dépôts de carburants. Les syndicats ont réussi à étendre leur appel à de nombreux secteurs, les transports, le nucléaire ou encore les écoles. 

Responsables syndicaux et gouvernement seront particulièrement attentifs au nombre de grévistes et aux éventuels appels à la grève reconductible qu'ils pourraient décider, par exemple dans le secteur ferroviaire. En effet, les cheminots peuvent escompter que l'approche des vacances scolaires de la Toussaint incite la direction de la SNCF à négocier. Et bien sûr, les grèves devraient être reconduites dans les raffineries et dépôts de carburant malgré les réquisitions, qui selon le leader de la CGT Philippe Martinez mettent "le feu aux poudres"

Faire voter son budget via 49.3, et éviter une motion de censure

"On sera sans doute amené à recourir au 49.3", a avoué la Première ministre Elisabeth Borne dimanche soir sur TF1. Une semaine après le début de l'examen du projet de budget 2023 et après une série de revers - des amendements adoptés contre l'avis du gouvernement - l'exécutif s'apprête à dégainer l'arme constitutionnelle qui lui permettra de faire adopter le texte sans le voter. Il s'attirera alors les foudres de l'opposition, qui l'accuse déjà de passer outre la représentation nationale.

"Ils font débattre la représentation nationale pour rien et ne retiendront pas les amendements votés. Ils n'ont donc que du mépris pour les Français et pour la démocratie", s'est déjà indignée Marine Le Pen. "Le Parlement souverain légifère. Nous voulons savoir si vous êtes co-constructeur", avait lancé dans l'hémicycle le patron du PS Olivier Faure à l'adresse du gouvernement. Celui-ci a le choix de soumettre au 49.3 la version qu'il souhaite, et de l'enrichir ou non des amendements adoptés par les députés. Il devrait en conserver certains et en éliminer d'autres, notamment ceux entraînant hausse de taxes ou d'impôts.

Lire aussi

S'il utilise le 49.3 le gouvernement devrait faire face à des motions de censure - RN et LFI ont déjà annoncé qu'ils en déposeraient. Toutefois, elles ont peu de chance d'être adoptées.

Ensuite, la semaine sera loin d'être terminée puisque l'Assemblée doit en principe entamer jeudi l'examen du projet de budget 2023 de la Sécurité sociale. Là aussi, un 49.3 est attendu, dès la fin de l'examen de la partie recettes, voire avant.  


Justine FAURE

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info