Nicolas Sarkozy : son plan pour réduire les impôts et les dépenses publiques

Mélanie Faure
Publié le 3 octobre 2016 à 9h13
Nicolas Sarkozy : son plan pour réduire les impôts et les dépenses publiques

Source : Martin BUREAU / AFP

PROGRAMME - Le candidat à la primaire de la droite Nicolas Sarkozy a livré au journal "Le Figaro" son lot de mesures pour réduire de 40 milliards d'euros les impôts et de 100 milliards les dépenses publiques.

Renouer avec la croissance, retrouver une situation de plein emploi et créer un choc de confiance : à l'approche de la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy détaille ses propositions de campagne. Le candidat Les Républicains a dévoilé au journal Le Figaro ce dimanche son plan de baisse des impôts de 40 milliards et de réduction de la dépense publique de 100 milliards d'euros. "Ces mesures seront votées immédiatement et concomitamment, j'insiste sur ce point", a affirmé le candidat.

Baisse de 10% des impôts sur le revenu

Nicolas Sarkozy propose une baisse de l'impôt sur le revenu de 10%, "soit 7 milliards d'euros de moins" selon ses estimations. Parmi ses mesures se trouvent aussi l'exonération des charges patronales pour les emplois à domicile rémunérés au smic et la défiscalisation des heures supplémentaires. "Je suis convaincu que la France ne renouera jamais avec la croissance si elle n'annule pas immédiatement une grande partie du choc fiscal que François Hollande a imposé aux Français depuis 2012", affirme-t-il.

Du côté de la succession, les Français seraient exemptés jusqu'à 400.000 euros et auraient la possibilité d'opter pour un prélèvement libératoire de 26%, prélèvements sociaux inclus. Les plus-values immobilières ne seraient plus taxées après 15 ans de détention du bien, alors qu'il faut actuellement attendre 30 ans pour être exonéré. Enfin, le président des Républicains va à contre-sens de François Hollande, proposant la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Le chef de l'Etat avait rétabli le barème en vigueur avant les allègements par la droite en 2011.

En marge des impôts, des économies structurelles et sur les fonctionnaires

Dans la ligne de mire du candidat se trouve la réforme de l'assurance chômage. Nicolas Sarkozy souhaite la mise en place d'une dégressivité des allocations-chômage de -20% au bout de 12 mois puis -20% au bout de 18 mois, qui rapportera selon lui 4 milliards d'euros. L'âge de la retraite, lui, serait reculé. "Une réforme des retraites, votée dès l'été, prévoira un premier report de l'âge de départ à 63 ans en 2020 et 64 ans en 2025, explique Nicolas Sarkozy. Sur le quinquennat, cela fait économiser 15 milliards."

Les fonctionnaires seraient eux aussi impactés : 300.000 postes seraient supprimés en 5 ans. "On reprend le rythme de non-remplacement d'un agent sur deux partant à la retraite dans la fonction publique d'État, et on l'étend aux collectivités locales, a-t-il détaillé au Figaro. Je ferai une seule exception : pour les forces de sécurité." Et pour relancer l'emploi, Nicolas Sarkozy annonce la suppression de l'aide médicale d'État et la baisse des charges pour les entreprises, ce qui réduirait d'après lui très fortement les 3 milliards de coût de tous les emplois aidés dans le secteur non marchand.

VIDÉO - En meeting, Nicolas Sarkozy tacle Alain Juppé : "une pensée molle"

En meeting, Nicolas Sarkozy tacle Alain Juppé : "une pensée molle"Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Mélanie Faure

Tout
TF1 Info