Le député de Seine-Saint-Denis a critiqué ce mardi sur LCI la nomination d'Elisabeth Borne en tant que Première ministre.
Alors qu'elle devait incarner le changement, Alexis Corbière a assuré que son profil était dans la "pure continuité de ce qui a été fait ces cinq dernières années".

Le choix d'Elisabeth Borne en tant que Première ministre n'est pas "un progrès social" pour Alexis Corbière. Ce dernier a cependant reconnu que c'était "quelque chose qui marque une évolution positive de la société". Mais "avant d'être une femme, elle a des convictions, elle a été choisie parce qu'elle incarne quelque chose", a-t-il dénoncé sur LCI, la critiquant sur les mesures qu'elle a défendues et qu'elle compte défendre en tant que nouvelle cheffe du gouvernement.

"Pure continuité de ce qui a été fait ces cinq dernières années"

Alors qu'elle-même se présente comme étant une femme de gauche, le député de Seine-Saint-Denis a assuré qu'elle ne l'était pas. "C'est une techno, elle n'a jamais été militante de la gauche, elle n'a jamais collé une affiche ou distribué un tract, elle n'était même pas adhérente au Parti socialiste", a mis en avant le membre de la France insoumise. 

Il a également attaqué Elisabeth Borne sur son bilan. "En matière de Travail, elle a quand même eu le bon goût de trouver que les chômeurs étaient trop indemnisés dans ce pays. Dernièrement, elle s'est prononcée pour le fait que le RSA devait être conditionné au fait des gens devaient travailler", a énuméré Alexis Corbière. Le député a par ailleurs fustigé l'ouverture massive à l'apprentissage qu'Elisabeth Borne a porté. "Souvent, on développe l'apprentissage qui n'est pas toujours le meilleur cadre de formation pour les jeunes", a regretté l'Insoumis.

Alexis Corbière en a donc conclu que la nouvelle Première ministre était dans la "pure continuité de ce qui a été fait ces cinq dernières années", malgré la promesse de changement de la part d'Emmanuel Macron suite à sa réélection. "Quelle est la grande route d'Elisabeth Borne ? La réforme à 65 ans", a dénoncé le député LFI, à laquelle lui et son parti sont opposés.


Aurélie LOEK

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info