Référendum historique sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

Nouvelle-Calédonie : le référendum sur l’indépendance se déroulera le 4 octobre

La rédaction de LCI
Publié le 24 juin 2020 à 15h31
Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie.

Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie.

Source : PASCAL GUYOT / AFP

L'essentiel

ACCORD - Le gouvernement a annoncé officiellement mercredi 24 juin la date du prochain référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Il se déroulera le 4 octobre 2020.

Le référendum sur l'indépendance en Nouvelle-Calédonie est officiellement reporté au 4 octobre 2020, selon le décret du ministère de l'Intérieur convoquant les électeurs, a annoncé ce mercredi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, à l'issue du Conseil des ministres. 

La date de cette deuxième consultation, après un premier scrutin référendaire, le 4 novembre 2018, qui avait vu le non à l’indépendance l’emporter par 56,7 % des suffrages, a dû être reportée en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19). 

Le Premier ministre, Edouard Philippe, avait proposé fin mai de repousser au 4 octobre le deuxième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dans le cadre du processus de décolonisation de l'accord de Nouméa (1998), initialement prévu le 6 septembre. 

Mais le 12 juin dernier, une majorité des élus du Congrès de Nouvelle-Calédonie amené à se prononcer sur le projet de décret avait souhaité que le prochain référendum se tienne plutôt le 25 octobre, compte tenu du report du deuxième tour des municipales au 28 juin, dont la campagne aurait, selon eux empiété sur celle du référendum.

Déconfinement et retour à l'école en Nouvelle-CalédonieSource : JT 13h Semaine
JT Perso

Un troisième scrutin peut encore avoir lieu d’ici 2022

L’organisation du premier référendum, qui avait mobilisé plus de 81 % des électeurs, avait été unanimement saluée : 250 délégués, nationaux et internationaux, avaient été mobilisés pour veiller à sa régularité. Le gouvernement souhaite que les mêmes conditions soient réunies pour cette deuxième consultation. Si le non l’emporte le 4 octobre, un troisième scrutin peut encore avoir lieu d’ici 2022.

Le projet de décret du gouvernement a par ailleurs provoqué une levée de bouclier des indépendantistes car il prévoit que le drapeau tricolore puisse être utilisé pendant la campagne officielle, comme le souhaitaient les non-indépendantistes.