Ocean Viking : crise ouverte entre la France et l'Italie

Ocean Viking : l'Assemblée nationale ouvre une mission d'information flash sur la zone d'attente à Giens

J.F
Publié le 6 décembre 2022 à 18h34
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'Assemblée nationale a ouvert, ce mardi 6 décembre, une mission d'information flash pour faire le bilan de la zone d'attente temporaire de la presqu'île de Giens.
Elle avait accueilli les 189 passagers de l'Ocean Viking débarqués à Toulon le 11 novembre.

Leur accueil a fait débat et a été largement critiqué par la droite et l'extrême droite. Depuis le 24 novembre dernier, plus aucun des 189 passagers de l'Ocean Viking accueillis dans le Var n'est hébergé dans le centre mis à leur disposition par le gouvernement sur la presqu'île de Giens. Pour faire le bilan de cette zone d'attente temporaire, la commission des Lois de l'Assemblée nationale a décidé d'ouvrir une mission d'information flash, confiée aux députés Rassemblement national Julie Lechanteux et Renaissance Ludovic Mendes.

"La mission d'information flash aura pour objet de dresser un bilan de cette zone d'attente et, le cas échéant, dans la perspective de l'examen du projet de loi sur l’immigration, de formuler des recommandations d'évolutions législatives", a indiqué la commission dans un communiqué. Elle rendra ses conclusions d'ici au mois de février. "J’ai salué il y a quelques semaines l’humanisme de la France qui a accueilli les migrants de l’Ocean Viking, en européen et en responsabilité. Aujourd’hui, dans la perspective du projet de loi Immigration, j’ai souhaité que la commission des Lois puisse dresser un bilan de l’accueil offert aux migrants à Giens", a indiqué le Président de la commission des Lois et député de la Vienne Sacha Houlié.

Lire aussi

Les derniers passagers de l'Ocean Viking accueillis sur la presqu'île de Giens ont quitté les lieux le 24 novembre. Une grande partie en avait été rapidement libérée, soit par décision judiciaire, soit parce qu'ils étaient mineurs isolés, soit parce qu'ils avaient bénéficié d'une admission sur le territoire au titre de l'asile après des entretiens avec l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). 

Le gouvernement avait alors affirmé vouloir tirer les "conclusions" de cet épisode par un nouveau tour de vis législatif avec la prochaine loi sur l'immigration. 


J.F

Tout
TF1 Info