L'interview Politique

"On reçoit des dizaines de menaces de mort" : Aurore Bergé dénonce la violence envers les députés

Léa LUCAS
Publié le 19 juillet 2021 à 11h07, mis à jour le 20 juillet 2021 à 12h01
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW - Alors que le projet de loi sur le pass sanitaire doit être présenté en Conseil des ministres ce lundi, la présidente déléguée du groupe LaREM déplore sur LCI une "habitude de violence de plus en plus importante contre le pouvoir politique".

Un climat délétère. Alors que le projet de loi incluant notamment l'extension du pass sanitaire pour accéder aux lieux du quotidien ou encore l'obligation vaccinale pour les soignants doit être présenté en Conseil des ministres, plusieurs députés favorables au texte ont récemment été pris pour cible. Ce qui a notamment poussé le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand à déposer plainte pour des menaces de mort.

Invitée de LCI  ce 19 lundi juillet, Aurore Bergé est revenue sur ces tensions quasi-quotidiennes selon elle. "On reçoit des dizaines de menaces de morts par mail qui nous demandent de ne pas voter le texte, mais aussi qui nous insultent", a relaté la présidente déléguée du groupe LaREM, déplorant "une habitude de violence de plus en plus importante à l'égard du pouvoir politique et démocratique".

Des comparaisons "intolérables" avec l'étoile jaune

Ces tensions étaient à nouveau perceptibles samedi lors des manifestations lancées par les opposants à la vaccination. Quelque 114.000 personnes ont battu le pavé partout en France pour dénoncer l'instauration des nouvelles mesures sanitaires. Des cortèges dans lesquels certains sont allés jusqu'à faire un parallèle entre leur sort et celui des juifs durant la Seconde Guerre mondiale. 

"Intolérable", a réagi Aurore Bergé, mettant en garde contre la "banalisation" de ces amalgames. "Des déportés qui, eux, ont dû porter l'étoile jaune, ont témoigné leur dégoût profond de voir dans ces manifestations des hommes et des femmes oser l'arborer", a souligné la députée des Yvelines, alors que les commémorations de la Rafle du Vel d'Hiv (16 et 17 juillet 1942) avaient également lieu ce week-end.

Aurore Bergé a par ailleurs fermement condamné les propos de la députée Martine Wonner, ex-LaREM, qui a exhorté les opposants à la vaccination à "faire le siège des parlementaires et à envahir leur permanence". "C'est une incitation grave à la haine et à la violence à l'encontre de ses propres collègues", a-t-elle estimé, appelant à des sanctions.


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info