La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Pass vaccinal : échange tendu entre Jean-Luc Mélenchon et Olivier Véran à l'Assemblée nationale

J.F
Publié le 4 janvier 2022 à 9h25
JT Perso

Source : TF1 Info

DÉBAT HOULEUX - Ce lundi à l'Assemblée nationale, lors de l'ouverture des discussions autour du pass vaccinal, Jean-Luc Mélenchon a accusé le gouvernement d'avoir "semé le chaos" par son "imprévoyance". En retour, Olivier Véran a dénoncé les calculs électoralistes de l'insoumis pour séduire les anti-vaccins et les anti-passes.

Les échanges sont montés d'un ton. Ce lundi 3 janvier, à l'ouverture des discussions autour du pass vaccinal à l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Véran ont confirmé qu'ils n'avaient clairement pas les mêmes avis sur la façon de gérer la crise sanitaire. Alors qu'il défendait une motion de rejet préalable contre le pass vaccinal - qui n'a pas été adoptée - le leader de La France insoumise a formulé une critique virulente de la méthode du gouvernement pour contrôler l'épidémie de Covid-19.

"Nous sommes exaspérés par cette incapacité à prévoir, à organiser à l’avance et cette manie de tout faire au dernier moment dans la cohue et la précipitation", a déclaré le député des Bouches-du-Rhône. "Vous avez semé un chaos indescriptible du fait de votre imprévoyance", a-t-il ajouté, prenant pour exemple récent la publication la veille de la rentrée d'un nouveau protocole sanitaire à l'école

"Nous étions contre le pass sanitaire, nous voici contre le pass vaccinal parce qu’il est 100% inefficace. 91% de la population éligible est vaccinée et vous en faites un titre de gloire", a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. "Admettons, mais à quoi ça sert, si aussitôt il y a 500.000 contaminations par jour ?"

Peut-être que vous visez-là à attirer l’attention d’une partie de la population contestataire."

Olivier Véran à Jean-Luc Mélenchon

Le ministre de la Santé Olivier Véran a alors souhaité rappeler à l'insoumis ses changements de positions au cours de la crise. "Par le passé, vous vous êtes tellement trompé qu’il est difficile aujourd'hui de vous prêter la même attention lorsque vous vous exprimez. Vous avez comparé le vaccin ARNm à des surgelés vendus dans des supermarchés, vous avez parlé de ce machin Pfizer que jamais vous ne recevriez – je crois que vous avez reçu votre 3e dose de Pfize monsieur le député", a déclaré Olivier Véran avant de poursuivre sa liste d'exemples. 

Lire aussi

"A moins que votre intention, monsieur le député, ne soit pas sanitaire. Peut-être que vous visez-là à attirer un peu l’attention d’une partie de la population contestataire qui ne veut pas du vaccin, qui ne veut pas du pass. Et peut-être les appelez-vous à vous rejoindre sous votre bannière. Vous n’êtes pas le seul à brandir cette bannière : il y a madame le Pen, monsieur Dupont-Aignan, monsieur Philippot qui sont sur ce même créneau d’aller flatter ceux qui ont peur", a poursuivi le ministre. "Vous prétendez être un jour président de la République, eh bien vous êtes en train de prendre exemple sur deux bien mauvais présidents, les seuls qui ont refusé toutes mesures de restrictions, de gestion sanitaire depuis le début de la pandémie : monsieur Bolsonaro au Brésil, et Trump aux Etats-Unis."


J.F

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info