Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

PHOTOS - Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche

Antoine Rondel
Publié le 16 novembre 2016 à 9h13
PHOTOS - Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche

EN PISTE - Alors qu'il annonce sa candidature à la présidentielle mercredi 16 novembre, retour sur les "pas de côté" les plus fameux de l'ancien ministre de l'Economie

L'honnêteté nous oblige à dire qu'on s'en doutait un petit peu. - AFP
Pris à partie par des opposants à la loi Travail, vendredi 27 mai à Lunel (Hérault) Emmanuel Macron a (encore) fait des siennes, affichant un mépris souverain pour la tenue de son adversaire du moment, d'autant plus facile à sortir quand on gagne 9940 eu - AFP
A Londres, face aux journalistes britanniques, Emmanuel Macron frôle la mention très bien en conscience de gauche. Mais se loupe intégralement dans la suite de la démonstration en proposant de supprimer... l'impôt sur la fortune. - AFP
Transmis aux feignasses de la CGT qui passent leurs journées à battre le pavé dans la rue. - AFP/metronews
Les jeunes apprécieront les propos que le ministre Macron a tenus, mercredi 15 mars dans les colonnes du "Monde" pour défendre la première version de la loi Travail. - AFP
AFP
C'est le Medef qui va être content de cette sortie. La CGT, un peu moins. - AFP
A La Provence ce lundi 6 juillet, Emmanuel Macron a comparé le parti grec au pouvoir Syriza au Front national français  - Patrick Kovarik / AFP
Ces gens qui empêchent de casser le droit du travail comme on veut, quelle plaie... - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Réponse en mode "je botte en touche" à la question de savoir s'il se sent socialiste. - AFP
Oh tiens : un hommage implicite à Margaret Thatcher, Première ministre britannique à cette époque et incarnation ultime du néolibéralisme en Europe. Les syndicats devraient apprécier. - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Transmis aux militants de l'égalité, forcément "jaloux" - AFP
Emmanuel Macron passe le bonjour aux députés frondeurs, représentants de l'aile gauche du PS, qui n'ont pas voté sa loi - AFP
Peut-être qu'avant d'être milliardaire, ils toucheront du doigt l'espoir d'avoir un salaire mensuel suffisant. - AFP
Aïe, la stigmatisation des ouvriers, ça ne sentirait pas un peu le mépris de classe ? - AFP

Antoine Rondel

Tout
TF1 Info