Polémique sur la sécurité à Nice : François Hollande apporte son soutien à Bernard Cazeneuve

Vincent Michelon
Publié le 22 juillet 2016 à 13h06
Polémique sur la sécurité à Nice : François Hollande apporte son soutien à Bernard Cazeneuve

TERRORISME - A l'issue du Conseil de sécurité et de défense, vendredi, François Hollande a marqué son soutien à son ministre de l'Intérieur, mis en cause par l'opposition dans sa gestion de la sécurité à la veille de l'attentat de Nice. Il a également annoncé un renforcement du soutien militaire à la lutte contre Daech en Syrie.

François Hollande ne lâchera pas son ministre de l'Intérieur. Alors que Bernard Cazeneuve est la cible des critiques de l'opposition pour sa gestion de la sécurité à la veille de l'attentat de Nice , le chef de l'Etat a martelé son soutien au premier flic de France.

"Le ministre de l’Intérieur a toute ma confiance", a lancé le Président à la sortie du Conseil restreint de sécurité et de défense qui se tenait vendredi à l'Elysée. Une manière de répondre directement à ceux qui, notamment au Front national, demandent la démission du ministre de l'Intérieur. 

Cible de toutes les critiques

Bernard Cazeneuve est au cœur des critiques depuis 48 heures, après les révélations du quotidien Libération à propos de la présence policière aux abords de la promenade des Anglais le 14 juillet au soir, au moment où le camion a fait une s'est lancé dans son périple meurtrier. A droite, de nombreuses voix n'ont pas hésité à parler d'un "mensonge d'Etat", estimant que le ministre avait falsifié la réalité des effectifs dans les jours qui ont suivi le drame. François Hollande a d'ailleurs repris l'attaque à son compte : "Le menace terroriste est là et je ne l'ai jamais dissimulée, comment aurais-je pu le faire ?"

François Hollande a également annoncé un renforcement du dispositif militaire en Syrie et en Irak, dans le cadre des opérations contre l'Etat islamique. En soutien aux soldats irakiens, des "moyens d'artillerie" seront très prochainement déployés sur le terrain. En outre, le porte-avions Charles-de-Gaulle sera sur place à partir de septembre pour fournir un appui logistique aux forces armées. Le chef de l'Etat a conclu son intervention avec un "appel à tous les Français, pour qu'ils fassent bloc" et qu'ils restent "unis" "dans cette période".

A LIRE AUSSI
>> Attentat de Nice : la droite demande des explications à Cazeneuve, le FN demande sa démission
>> Attentat de Nice : pourquoi la droite fait voler en éclats l'unité nationale


Vincent Michelon

Tout
TF1 Info