Police de proximité : "On a perdu 15 ans sur le terrain à cause de sa suppression"

Propos recueillis par Maud Vallereau
Publié le 18 octobre 2017 à 14h40, mis à jour le 18 octobre 2017 à 15h07
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

INTERVIEW - Emmanuel Macron dévoile ce mercredi après-midi les pourtours de la future police de sécurité du quotidien (PSQ) devant les représentants des forces de l'ordre. Un retour vers la police de proximité que Jean-Pierre Havrin, conseiller du ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement et ancien patron de la police toulousaine, avait mis en place il y a 15 avant avant d'être débarqué avec fracas par Nicolas Sarkozy en 2004. Entretien.

"Vous n'êtes pas des travailleurs sociaux. Organiser un match de rugby pour les jeunes du quartier, c'est bien, mais ce n'est pas la mission première de la police". C’est avec cette phrase cinglante prononcée en 2003 devant des policiers toulousains et leur patron que Nicolas Sarkozy, nouveau locataire de la place Beauvau, avait enterré la police de proximité. Quelques mois plus tard, Jean-Pierre Havrin, directeur départemental de la sécurité publique de Haute-Garonne et père fondateur de la "pol prox" mise en place en 1998 sous l’ère Chevènement, était débarqué. Alors qu'Emmanuel Macron s'apprête à détailler ce mercredi après-midi les pourtours de la future police de sécurité quotidienne (PSQ) aux représentants des forces de l’ordre, Jean-Pierre Havrin voit d'un bon oeil le retour d'une police plus proche mais émet des réserves...


Propos recueillis par Maud Vallereau

Tout
TF1 Info