Pour Royal, Bayrou est "un macho" qui aurait été "perturbé d'être le numéro deux d'une femme"

La rédaction de LCI
Publié le 26 juin 2017 à 8h30
Pour Royal, Bayrou est "un macho" qui aurait été "perturbé d'être le numéro deux d'une femme"

VIEILLES RANCŒURS - L'ancienne ministre de l'Ecologie Ségolène Royal est revenue dans un article de franceinfo sur la "grosse faute politique" de François Bayrou en 2007 qui avait a l'époque refusé sa proposition d'alliance.

Ségolène Royal ne fait pas dans la dentelle. Dans une interview à franceinfo, l'ex-ministre de l'Ecologie est revenue sur sa candidature à la présidentielle en 2007 et la "grosse fausse politique" de François Bayrou. A l'époque, elle avait proposé à François Bayrou une alliance pendant l'entre-deux tours et le poste de Premier ministre si elle était élué. Une proposition qu'il avait alors déclinée.

"Finalement, il a mis dix ans à réfléchir à ce que je lui avais proposé en 2007, s'agace Ségolène Royal dans les colonnes de franceinfo. Il est passé à côté, c'était sans doute trop innovant pour lui, il était dans les vieux codes". Et l'ex-ministre de pointer du doigt le sexisme de son collègue : "Et comme tous ces machos, ça devait le perturber d'être le numéro deux d'une femme".

Lire aussi
Ségolène Royal sur François Bayrou : "Lorsqu'on devient ministre, on ne peut pas dire 'je suis ministre donc je me comporte en citoyen'"Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Démission sur fond de soupçons d'emplois fictifs

Mercredi dernier, François Bayrou avait décidé de renoncer à ses fonctions de ministre de la Justice en raison de l'enquête préliminaire qui vise le MoDem. Dans une conférence de presse, il avait réaffirmé que son parti n'avait commis aucune irrégularité et expliqué que sa démission visait à préserver l'exécutif d'"une campagne mensongère".

Marquant un soutien appuyé à Emmanuel Macron, François Bayrou, qui va redevenir maire de Pau, a assuré qu'il serait

"porteur de stabilité" pour le chef de l'Etat, qui doit pour partie son élection au ralliement du centriste.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info