Pour sa niche parlementaire, le RN choisit de piéger la majorité et les insoumis

par Justine FAURE
Publié le 6 décembre 2022 à 13h31, mis à jour le 6 décembre 2022 à 15h35
JT Perso

Source : TF1 Info

Le Rassemblement national a présenté ce mardi les textes qu'il mettra à l'ordre du jour de sa première niche parlementaire, le 12 janvier prochain.
Le groupe de Marine Le Pen a notamment choisi de piéger les insoumis en reprenant leur proposition de loi visant à réintégrer les personnels soignants non vaccinés.

"Voilà pour ces textes qui répondent à des préoccupations concrètes avec pragmatisme et sans sectarisme." Ce mardi 6 décembre, Marine Le Pen et une dizaine de députés Rassemblement national ont présenté les textes qu'ils soumettront au vote de leurs collègues le 12 janvier prochain à l'occasion de leur niche parlementaire. Les textes ont été choisis avec soin par la présidente du groupe et ses lieutenants ; ils reprennent des propositions de tous les groupes d'opposition, destinés à les mettre dans l'embarras. Ces derniers voteront-ils des textes qu'ils ont déjà soutenus dans le passé au risque de revenir sur leur principe de ne pas voter avec l'extrême droite ?

L'exemple le plus symbolique est la reprise à l'identique de la proposition de loi de Caroline Fiat (LFI) portant réintégration du personnel des établissements de santé et de secours non vacciné grâce à un protocole sanitaire renforcé, qui n'avait pas pu être entièrement discutée et votée le 24 novembre dernier lors de la niche insoumise. De quoi mettre en position délicate le groupe de Mathilde Panot. "J'ai le sentiment que le groupe LFI n'est pas ravi de notre proposition", a d'ailleurs convenu Marine Le Pen en conférence de presse. "Je le regrette parce que je pense que quand il s'agit de l'intérêt général des Français, on doit être capables de passer au-delà des oppositions partisanes, d'une vision juste politicienne des faits."

Plus tard, en conférence de presse, le groupe insoumis a indiqué qu'il devrait se réunir pour décider de la position à adopter. Il se laisse notamment la liberté de "retirer son texte des services de l'Assemblée nationale pour faire comme s'il n'existait pas", a expliqué la vice-présidente du groupe Clémence Guetté, même si cela n'empêchera pas le RN de le réécrire à l'identique. "Nous verrons comment nous pouvons déjouer ce qui est un piège grossier et une manipulation perverse et opportuniste du RN", a ajouté le député de Loire-Atlantique Matthias Tavel. "Nous devons voir comment défendre le sujet sans permettre au Rassemblement national d'avoir une victoire."

Une augmentation des salaires de 10%

Le Rassemblement national, qui fait de la défense du pouvoir d'achat des Français son objectif premier, présentera aussi un texte visant à favoriser et inciter les entreprises à augmenter les salaires nets de 10%. "Nous proposons que les entreprises qui augmenteront les salaires de 10% soient exonérées de charges patronales sur cette hausse", a expliqué l'élu de la Somme Jean-Philippe Tanguy. La mesure serait applicable sur les salaires jusqu'à trois fois le Smic. Les parlementaires RN souhaitent également supprimer les zones à faibles émissions mobilité, aujourd'hui en vigueur dans onze métropoles.

Le groupe de Marine Le Pen devait également défendre un texte de la sénatrice centriste Valérie Létard, membre de la majorité présidentielle, créant une aide universelle d'urgence pour les victimes de violences conjugales, adopté le 20 octobre dernier par le Sénat. Mais sur proposition de la conférence des présidents de l'Assemblée, le RN a accepté que cette proposition de loi soit mise à l'ordre du jour de la "semaine de l'Assemblée" du 16 janvier. Elle ne figure donc plus à l'ordre du jour de la niche du Rassemblement national.

Présomption de légitime défense pour les policiers

Parmi les textes présentés mais qui ont peu de chances d'être discutés et donc votés, citons l'instauration du port de l'uniforme dans les établissements scolaires pour gommer les différences sociales et les opinions politiques et religieuses des élèves. Un clin d'œil à la droite, le favori à la présidence des Républicains, Eric Ciotti, y étant favorable. Le RN a également déposé des propositions de loi visant à instaurer la proportionnelle, pour enfin "honorer la promesse présidentielle", a raillé le vice-président de l'Assemblée nationale Sébastien Chenu ; modifier le calcul de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères ou encore instituer une présomption de légitime défense pour les membres des forces de l'ordre.

Lire aussi

Le Rassemblement national a fait le choix de ne déposer aucune proposition de loi en rapport avec l'immigration, alors que le gouvernement présente ces jours-ci son projet de loi sur le sujet qui sera discuté dans l'hémicycle début 2023. Pour la première niche parlementaire de son histoire, le parti d'extrême droite mise de nouveau sur la respectabilité et la normalisation. En reprenant deux textes écrits par d'autres, il souhaite engranger les victoires parlementaires et montrer qu'il agit "pour améliorer la vie des Français" et non pas pour imposer son idéologie. 


Justine FAURE

Tout
TF1 Info