Élection présidentielle 2022

"Pour faire bien, il faut voir loin" : Édouard Philippe lance son nouveau parti "Horizons"

F.R avec AFP
Publié le 9 octobre 2021 à 15h32, mis à jour le 10 octobre 2021 à 17h55
JT Perso

Source : JT 13h WE

PRÉSIDENTIELLE - L'ancien Premier ministre d'Emmanuel Macron a présenté les contours de son nouveau parti politique depuis Le Havre, assurant que son objectif "en 2022 est que le président de la République soit réélu".

"Parce qu'il faut, pour faire bien, voir loin". Depuis sa ville du Havre, l'ex-Premier ministre Édouard Philippe a lancé son nouveau parti politique ce samedi, baptisé "Horizons". Quinze mois après son départ de Matignon, l'ancien chef du gouvernement affirme vouloir "participer à la constitution d'une nouvelle offre politique" et élargir vers la droite le socle de soutiens à Emmanuel Macron.

"Avec Horizons, nous allons définir une stratégie pour la France, c'est une aventure collective", a-t-il assuré, ajoutant que le "positionnement" de ce nouveau parti, "c'est devant", avec "une logique de partenariat, de rassemblement" autorisant la double appartenance. "La ligne est de préférer la sérénité à la fébrilité", a ajouté l'ancien membre des Républicains, devant une salle comble (les organisateurs ont revendiqué 3000 participants). 

La campagne sera difficile et elle passera par un élargissement de sa base électorale

Édouard Philippe

Ce dernier a tenu à réaffirmer son "soutien" à Emmanuel Macron, pour que "les cinq années qui viennent soient des années utiles". Car "très clairement, mon objectif en 2022 est que le président de la République Emmanuel Macron soit réélu", a-t-il lancé, alors que certains le soupçonnent de vouloir faire cavalier seul.

"Cette réélection n'est pas gagnée d'avance, donc la campagne sera difficile et elle passera par un élargissement de sa base électorale" et "l'objectif est de créer un vrai parti, avec des statuts qui seront déposés lundi, une charte des valeurs", a-t-il affirmé, expliquant que les maires y auraient une place particulière avec une "assemblée" qui élira le vice-président. Alors que la Macronie essaie de structurer une "maison commune", il a assuré que "si c'est une bannière, nous serons derrière"

Lire aussi

Les patrons des trois groupes parlementaires de la majorité à l'Assemblée, Christophe Castaner (LREM), Olivier Becht (Agir) et Patrick Mignola (MoDem) avaient d'ailleurs fait le déplacement, ainsi que 160 maires, 600 élus locaux (dont les maires de Fontainebleau Frédéric Valletoux, et de Reims Arnaud Robinet) et une soixantaine de parlementaires, dont Marie Lebec, Pierre-Yves Bournazel, Naïma Moutchou ou Marie Guévenoux.

Il faut voir grand pour être Français, pour faire la France. Je vous propose de le faire ensemble

Édouard Philippe

"C'est un combat démocratique, au long cours, mais essentiel, que nous engageons [...] Nous manquons d'une stratégie à l'horizon 2050" et "je veux avec vous la bâtir", a-t-il ajouté.

Face aux "quatre vertiges", grands enjeux qui vont marquer la société dans les années à venir -  démographique, environnemental, géopolitique et technologique - "il faut préparer une stratégie", a-t-il avancé, plaidant pour "la constance" et "la cohérence".

En conclusion de son long discours, qui a duré plus de deux heures, l'ancien Premier ministre a assuré, sous de copieux applaudissements qu'"il faut voir grand pour être Français, pour faire la France. Je vous propose de le faire ensemble".


F.R avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info