Élection présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : Arnaud Montebourg annonce sa candidature pour "la remontada de la France"

Publié le 4 septembre 2021 à 16h35
JT Perso

Source : TF1 Info

POLITIQUE - L'ex-ministre de François Hollande a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle de 2022 ce samedi 4 septembre, depuis sa ville natale de Clamecy (Nièvre). Avec un slogan : "La remontada de la France".

Il se présente "pour éviter à la France la douleur d'un deuxième quinquennat Macron ou le danger d'un premier quinquennat Le Pen". L'ancien ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, "venu libre et sans parti politique", a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle ce samedi 4 septembre depuis sa ville natale de Clamecy, dans la Nièvre, où il avait réuni ses soutiens. 

"Je suis venu proposer à nos compatriotes un projet à partager ensemble : la remontada de la France", a-t-il expliqué, vantant "un projet de grande envergure et sérieux" pour "remonter" le pays, au niveau industriel, démocratique et écologique. 

Pas candidat à la primaire de la gauche

L'ex-député socialiste, devenue ces dernières années entrepreneur producteur de miel et de glaces, a mis du temps à caler sa stratégie, comme en témoignent les "ballons d'essai", de l'aveu même de son entourage, de ses interventions médiatiques ces derniers mois. Une contamination Covid, qui l'a "mis à plat pendant quatre mois" en début d'année, a achevé de perturber le timing de sa déclaration.

L'ancien ministre, veut se tenir à l'écart de l'appareil PS et ne participera d'ailleurs à aucune primaire, lui qui en a perdu deux en 2012 et 2017. Il ne vise rien d'autre qu'être "au deuxième tour" de la présidentielle. 

Lire aussi

Malgré l'absence d'appui d'un parti, Arnaud Montebourg a confié "éprouver de la légitimité à porter au pouvoir" les "idées, combats et projets [qu'il dit avoir] portés dans le passé" et aujourd'hui devenus selon lui "le centre de gravité des convictions des Français", comme la lutte contre la mondialisation néolibérale, ou la réindustrialisation et la VIe République.

Reste que, pour l'instant, celui qui fut président du conseil départemental de Saône-et-Loire ne dépasse pas les 5% dans les quelques sondages qui l'ont testé. Sa candidature vient s'ajouter à de nombreuses autres à gauche, de l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon à celle, probable, de la socialiste Anne Hidalgo en passant par le candidat issu de la primaire écologiste.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info