UNION - Arnaud Montebourg a adressé un courrier aux candidats de la gauche à la présidentielle. Dans cette lettre, il appelle à l'union, et se dit prêt à retirer sa candidature "à un projet commun et à un candidat commun".

L'heure est-elle à l'union à gauche ? C'est, en tout cas, ce que réclame Arnaud Montebourg dans une lettre adressée ce mercredi 8 décembre aux candidats de la gauche à l'élection présidentielle. "Je refuse la fatalité des 5 candidatures de gauche lorsque toutes les autres familles politiques sont quasiment réunifiées derrière la leur. Pour y contribuer, je suis prêt à offrir ma candidature à un projet commun et à un candidat commun", écrit-il. 

"Ma responsabilité comme candidat à l’élection présidentielle est de réagir pendant qu’il n’est pas trop tard. Il est temps de se réveiller. Temps de se mobiliser." "Ce rassemblement est devenu urgent. Il est parfaitement possible", estime celui qui voulait initier la "remontada" de la gauche.

Notre devoir est de dépasser les divergences
Arnaud Montebourg

"J’invite mes concurrents et camarades à faire de même. Nous pouvons trouver ensemble le chemin du rassemblement qui répondra à l’attente du peuple de gauche. notre devoir est de dépasser les divergences pour avancer unis sur le chemin de l’histoire", poursuit Arnaud Montebourg. "Si les gauches ne se regroupent pas, éparpillées et disparates, elles disparaîtront dans le brouhaha de leurs désaccords. Si les gauches aussi diverses soient-elles n’unissent pas leurs voix, elles s’effaceront derrière la puissance de feu de l’extrême droite. si les gauches ne se retrouvent pas avec le peuple et pour le peuple, alors aucune d’entre elles n’y survivra."

L'ancien ministre de l'Economie disait peu ou prou la même chose dans une interview à Libération parue ce mercredi matin. Il appelait à "l'unification des forces autour d'un candidat commun" à gauche à la présidentielle, face à la "situation périlleuse d'une victoire probable de l'extrême droite". "Attention, nous sommes et serons tous responsables de cette situation si elle n’évolue pas. Je lance un appel à l’unification des forces autour d’un projet et candidat commun", indiquait le candidat, crédité de 1 à 3% des intentions de vote dans les sondages.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info