Eric Zemmour, de polémiste à candidat à la présidentielle

Condamné, Eric Zemmour ne "regrette" pas ses propos sur les mineurs isolés

La rédaction de LCI
Publié le 18 janvier 2022 à 11h26
JT Perso

Source : TF1 Info

DÉCLARATION - Au lendemain de sa condamnation à 10.000 euros d'amende pour provocation à la haine raciale et injure raciste, le candidat à la présidentielle maintient ses propos et dénonce un acharnement de la justice.

Au lendemain de sa condamnation pour "provocation à la haine raciale" et "injure raciste" par le tribunal correctionnel de Paris à 10.000 euros d'amende, Eric Zemmour persiste et signe. Sur le plateau de BFMTV ce mardi matin, le polémiste et candidat à la présidentielle assure ne regretter "absolument pas" ses propos sur les mineurs isolés qui lui ont valu sa condamnation. En septembre 2020, sur la chaîne CNews, il avait qualifié les mineurs isolés migrants de "voleurs", "assassins" et "violeurs".

Il a réaffirmé par ailleurs être "l'objet d’une justice politique", "qui évidemment veut (l)'interdire de parler, non-seulement d’immigration mais de lier l’immigration à la délinquance et à l’insécurité". Pour justifier ses propos, le polémiste cite "un rapport sénatorial" qui, d'après lui, souligne "la violence et la délinquance de ces prétendus mineurs isolés, qui sont en réalité des clandestins, qui pour la plupart ne sont pas mineurs, et qui ne sont pas isolés car manipulés par des bandes mafieuses, soit envoyés par leurs parents". 

"J’essaie de protéger mon peuple, le peuple français des exactions de ces bandes de jeunes", a-t-il ajouté. Et d'assurer que sa sortie était avant tout "humaniste" : "Imaginez qu’un de vos enfants fait une fugue et s’en va à l’étranger, qu’est-ce que vous voudriez ? Que le pays vous rende les enfants ?", a-t-il fait mine de s'interroger. 

Eric Zemmour dénonce "une justice politique"Source : TF1 Info
JT Perso

"C’est une position humaniste, d’abord pour protéger le peuple français et les Français agressés et volés et par ailleurs c’est une position humaniste", a-t-il enfin conclu.

Le polémiste va faire appel

Ce lundi, dans un communiqué, le polémiste avait déjà dénoncé la décision de justice, dénonçant un "système judiciaire envahi par les idéologues". Quelques heures plus tard, devant la presse, il avait justifié son "agenda judiciaire chargé", "car on veut me diaboliser".

Eric Zemmour a d'ores et déjà annoncé son intention de faire appel de cette décision.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info