La mairie de Paris raille un manque de volontarisme d'Emmanuel Macron dans le développement des énergies renouvelables.
Elle assure que la France est le pays d'Europe le plus en retard.
Si la part du renouvelable dans le mix énergétique français est inférieur à la moyenne européenne, une dizaine de pays font pire.

Malgré des sondages en berne, Anne Hidalgo poursuit sa campagne et tente de mobiliser autour de sa candidature. Sur Europe 1, ce mercredi 16 mars, la maire socialiste de Paris a notamment exposé son projet en matière d'énergie, déplorant, en passant, le bilan d'Emmanuel Macron en ce qui concerne le développement du renouvelable.

"Le président Macron a fait le choix de tourner le dos aux énergies renouvelables, on est les derniers de la classe en Europe", a-t-elle assuré. "Nous sommes à 19% d'énergies renouvelables dans notre mix énergétique, ça n'est pas acceptable." Si le chiffre donné par Anne Hidalgo est exact, son constat se révèle en revanche trompeur, puisque d'autres pays affichent un retard plus important. Parmi lesquels la Belgique, la Pologne ou encore les Pays-Bas.

Une part de renouvelable inférieure à la moyenne de l'UE

Lorsque des candidats effectuent des comparaisons entre la France et ses voisins européens, il est souvent utile de se référer aux données compilées par Eurostat pour vérifier leurs propos. Dans le domaine de l'énergie, l'organisme en charge des statistiques européennes dispose de nombreux indicateurs, dont celui relatif à la place des énergies renouvelables dans le mix énergétique des différents pays. En quelques instants, il est ainsi possible de confirmer que les 19% avancés par Anne Hidalgo pour la France sont bien exacts. Il s'agit d'un chiffre datant de 2020, dernière année en date qui soit documentée.

Pour autant, la candidate socialiste explique à tort que notre pays est le moins avancé d'Europe en la matière. Si la Suède est très en avance, avec un peu plus de 60% de son énergie tirée du renouvelable, des pays tels que la Belgique (13%), les Pays-Bas (14%) ou la Pologne (16,1%) font moins bien. Chypre, la République Tchèque, la Hongrie ou encore le Luxembourg sont, eux aussi, moins avancés, avec 10 à 17% de renouvelable dans leur mix énergétique. Nos voisins allemands, quant à eux, sont à 19,3%, donc à un niveau très similaire à celui de la France. Dans l'UE, la moyenne est à 22,1%.

La carte qui suit (accessible via ce lien si elle ne s'affiche pas), nous permet de visualiser les avancées des différents pays européens. Notons que l'Islande, qui a recours très massivement au renouvelable, profite pleinement de l'activité géothermique de son sous-sol. Une richesse naturelle dont tous les pays ne disposent évidemment pas. 

En résumé, Anne Hidalgo a donc raison lorsqu'elle évoque la part du renouvelable dans le mix énergétique français, mais totalement tort en assurant que notre pays est le plus en retard à l'échelle européenne. Tout au plus, peut-on lui reconnaître que la France présente une part de renouvelable dans son mix inférieure à celle de la moyenne de l'UE. À l'instar de l'Allemagne, qui affiche des chiffres similaires.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info