Élection présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : Jérôme Rivière, eurodéputé RN, rejoint le camp d'Eric Zemmour

Aurélie Loek
Publié le 20 janvier 2022 à 13h45, mis à jour le 20 janvier 2022 à 13h54
JT Perso

Source : TF1 Info

ALLIANCE - Après Guillaume Peltier des Républicains, l'équipe de campagne d'Eric Zemmour se targue d'une seconde prise importante. Le député européen du Rasssemblement national Jérôme Rivière rallie le candidat de Reconquête!. Il était jusque-là l'un des portes-paroles de la campagne de Marine Le Pen.

Si les intentions de vote semblent plafonner pour Eric Zemmour, celui-ci continue d'attirer de nouveaux soutiens. Après Guillaume Peltier, venu des Républicains, c'est Jérôme Rivière, eurodéputé du Rassemblement national, qui a officialisé son ralliement au candidat d'extrême-droite. 

Sur LCI, il a justifié ce départ du RN "pour des raisons de convictions" et parce qu'il était persuadé que Marine Le Pen n'était pas "en situation de faire le rassemblement".

"Je trouve qu'Eric Zemmour, lorsqu'il est entré en campagne à la fin de l'année dernière, à poser un constat concernant la position de la France qui a parlé à mes convictions", a ainsi assuré celui qui était encore l'un des porte-paroles de la campagne présidentielle de Marine Le Pen mercredi. 

À la suite à cette défection, l'élu européen a annoncé avoir démissionné du Rassemblement national et de son poste de chef de la délégation RN au sein du groupe Identité et Démocratie au Parlement européen. Un poste, qui, il l'assure, était d'importance, malgré la minimisation de son départ par le camp de Marine Le Pen.

"Jérôme Rivière avait nourri une aigreur incontestable"

"Le Rassemblement national, c'est 23 parlementaires européens, six parlementaires français. J'ai été pendant plus de deux ans et demi le patron de ces 23 parlementaires européens. Pour le Rassemblement National, c'était la position institutionnelle qui existait", a mis en avant Jérôme Rivière. 

Marine Le Pen, en déplacement à Fréjus, a réagi de son côté à ce départ en assurant que ce ralliement entraînerait "zéro impact politique parce que Jérôme Rivière avait zéro impact au sein du Rassemblement National". Elle a par ailleurs dénoncé "la duplicité des comportements" en insistant sur le fait que le départ du député n'était pas une surprise. "Jérôme Rivière avait nourri une aigreur incontestable, car il espérait des postes au sein du Rassemblement national, que je considérais, qu'il ne pouvait obtenir", a-t-elle détaillé.

Du côté du camp d'Eric Zemmour, l'arrivée dans les rangs du député européen a été vue de manière très enthousiaste, peu après celui du député et ancien LR Guillaume Peltier, qui occupe désormais le même poste que Jérôme Rivière au sein de Reconquête!. 

Dans un communiqué, le parti de l'ancien éditorialiste a indiqué que son départ du RN symbolisait "cette union des droites portée par Reconquête !, réclamée par des millions de Français. Ce ralliement d’un président de groupe parlementaire marque une nouvelle étape importante vers l’union." 

Marine Le Pen a assuré que si de nouvelles défections pourraient subvenir, elle ne craignait pas une fuite vers le parti du nouveau candidat d'extrême droite, rappelant la campagne difficile que celui-ci menait.

Alors qu'il était crédité entre 12 et 15% des intentions de vote en octobre, tandis qu'il n'avait pas encore officialisé sa candidature, Eric Zemmour baisse progressivement dans les sondages, se positionnant à 11,5% dans le dernier "rolling" d'Ifop-Fidicual pour LCI. Sa campagne électorale est dans une phase difficile entre polémiques à répétition, difficultés à obtenir les 500 signatures et un agenda judiciaire chargé. Lundi, il a été condamné à 10.000 euros d'amende pour provocation à la haine pour ses propos sur les mineurs migrants isolés.


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info