Élection présidentielle 2022

Présidentielle : la polémique sur le recours au cabinet McKinsey est "justifiée", juge Anne Hidalgo

M.L
Publié le 1 avril 2022 à 13h19, mis à jour le 3 avril 2022 à 18h24
JT Perso

Source : L'Invité Politique

Invitée sur LCI, la candidate socialiste a fustigé "l'inefficacité" des cabinets privés sollicités pour le gouvernement, malgré des tarifs coûteux.
Si elle assume solliciter également des cabinets à la mairie de Paris, elle assure ne l'avoir jamais fait "dans ces proportions-là", préférant recourir à des fonctionnaires.

C'est un dossier qui perturbe de plus en plus la campagne du président sortant, qui reste favori dans les sondages mais a perdu plusieurs points ces dernières semaines, après une forte progression lors du déclenchement de la guerre en Ukraine. Un récent rapport sénatorial vient souligner la "dépendance" des pouvoirs publics vis-à-vis des cabinets de conseil privés, une polémique "justifiée" aux yeux d'Anne Hidalgo. "Je pense que c'est une méthode soi-disant efficace, mais dont on voit toute l'inefficacité", a critiqué sur LCI la candidate du Parti Socialiste dans "Quinze jours pour convaincre"

Selon ce rapport des sénateurs, rendu le 17 mars dernier, les dépenses de conseil des ministères sont passées de 379,1 millions d'euros en 2018, à 893,9 millions d'euros en 2021. Le cabinet américain McKinsey est particulièrement sous le feu des critiques, accusé de ne pas avoir payé d'impôts sur les sociétés en France entre 2011 et 2020. "Cela coûte cher, on emploie des gens qui ne connaissent pas grand-chose à la gestion des services publics", a fustigé la maire de Paris. 

Emmanuel Macron "a beaucoup démantelé l'État"

Alors que les macronistes assurent de leur côté qu'ils n'ont "rien à cacher" dans ce dossier, la candidate socialiste a aussi critiqué le mode de gestion proposé selon elle par ce type de cabinet. "Quand on vous explique que l'hôpital est une entreprise et qu'il doit répondre aux mêmes critères de rentabilité, je dis non. Ce n'est pas une entreprise, mais un endroit où on doit soigner. On évalue un service public au service qu'il rend, pas à l'argent que cela coûte", a-t-elle estimé.

Anne Hidalgo a affirmé par ailleurs qu'il y avait "pléthore de fonctionnaires, de haut-fonctionnaires, d'inspection générales, qui font leur boulot et bien, pour beaucoup moins cher". "On a la chance d'avoir un État avec des fonctionnaires formés à la question de l'intérêt général, c'est là-dessus qu'il faut s'appuyer pour faire fonctionner l'État", a-t-elle poursuivi, avant de critiquer à nouveau l'actuel chef de l'État : "Emmanuel Macron a été élu avec l'idée qu'il serait efficace, mais il ne l'a pas été, il a démantelé beaucoup l'État", a-t-elle jugé. 

Lire aussi

À la mairie de Paris, "on fait appel à des cabinets de conseil, mais pas dans ces proportions-là, jamais", a affirmé l'élue. Tout en concédant ne pas avoir de problème "sur le principe" du recours à des cabinets de conseil privés, "je fais très peu appel à ces cabinets", a-t-elle poursuivi, avant d'assurer : "Quand j'ai besoin de savoir quelles sont les propositions pour améliorer le fonctionnement d'un service, je passe plutôt par mon inspection générale".


M.L

Tout
TF1 Info