Élection présidentielle 2022

Après la fermeture de son usine, Philippe Poutou est "officiellement à Pôle Emploi"

M.L
Publié le 30 mars 2022 à 11h48, mis à jour le 30 mars 2022 à 12h03
JT Perso

Source : L'Invité Politique

Invité sur LCI, le candidat anticapitaliste a expliqué avoir bénéficié d'un "congé reclassement" suite à la fermeture de l'usine Ford qui l'embauchait, "il y a un an et demi".
Ce congé vient d'arriver à son terme : après sa campagne présidentielle, Philippe Poutou se lancera dans la recherche d'un emploi.

"Je fais campagne, et après je cherche un boulot" : c'est un cas de figure bien rare dans une course à l'Élysée. Le candidat anticapitaliste Philippe Poutou a indiqué sur le plateau de "Quinze jours pour convaincre", sur LCI, qu'il était dorénavant sans emploi. "J'étais ouvrier dans une usine Ford, qui a fermé il y a un an et demi, donc j'ai été licencié" aux côtés de 900 autres employés et "plusieurs centaines d'autres licenciés indirectement", a expliqué le porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste.

"On a lutté pour empêcher la fermeture de l'usine, il y a eu un plan de licenciement, et Ford a été obligée de revoir à la hausse l'argent de ce plan", a-t-il poursuivi. Comme les autres salariés, Philippe Poutou a donc pu bénéficier d'un "congé reclassement de 18 mois". "J'en suis sorti au début de la campagne,  je suis officiellement à Pôle Emploi", a précisé le candidat anticapitaliste, donné à 1% dans notre dernier sondage et qui avait décroché de justesse ses 500 parrainages il y a quelques semaines, lui permettant d'entrer en lice pour le scrutin présidentiel. 

Bien qu'il soit par ailleurs conseiller municipal de la ville de Bordeaux, dans le groupe "Bordeaux en luttes", le porte-parole du NPA a déjà envisagé la fin de la course à l'investiture : "Je fais la campagne et après je cherche un boulot". En revanche, celui qui candidate pour la troisième fois à l'élection présidentielle n'est pas prêt à réitérer encore une fois l'expérience. "Ce n'est pas tout programmé : on est pour la retraite à 60 ans, (...) et comme j'ai actuellement 55 ans, j'aurai 60 ans" lors de la prochaine élection, a-t-il expliqué.


M.L

Tout
TF1 Info