COVID-19 - La candidate du Rassemblement national, qui devait tenir un meeting le 15 janvier prochain à Reims, a décidé de le décaler au 5 février.

Comment tenir des meetings en pleine épidémie ? C'est la question que se posent les formations politiques depuis plusieurs jours, face à la recrudescence des cas liés au variant Omicron. Ce lundi 3 janvier, à moins de deux semaines d'un grand meeting de campagne à Reims, le Rassemblement national a annoncé son report de trois semaines. "Du fait de la situation sanitaire et du pic épidémique prévu autour du 15 janvier, le bureau de campagne de la candidate Marine Le Pen a décidé de décaler la convention présidentielle de Reims au 5 février", a indiqué le parti dans un communiqué.

Le 15 janvier prochain, la candidate du RN, qui devait lancer officiellement sa campagne avec une "convention présidentielle" fera tout de même "une déclaration solennelle dans un lieu symbolique et lancera l'opération 'Cinq mille marchés' au cours de laquelle la candidate, ses porte-paroles et ses militants sillonneront, dans une flotte de bus de campagne, l'ensemble des régions françaises à la rencontre des Français", a indiqué le parti. 

Alors que la semaine dernière les partis se sont prononcés sur les règles qu'ils appliqueront lors de leurs meetings, le Rassemblement national ne s'était pas prononcé officiellement et devait en discuter ce lundi en bureau de campagne. Selon les informations de LCI, le parti appliquera des jauges proportionnelles à 50% de la capacité de la salle, avec port du masque obligatoire. Le pass sanitaire ou vaccinal ne sera pas demandé aux participants.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info