Élection présidentielle 2022
Interview

Présidentielle 2022 : Robert Ménard "n'ose pas imaginer" le ralliement de Marion Maréchal à Eric Zemmour

E. Ro
Publié le 24 janvier 2022 à 11h37, mis à jour le 24 janvier 2022 à 13h12

Source : TF1 Info

Robert Ménard ne "croit" pas à un ralliement de Marion Maréchal à Eric Zemmour.
Selon lui, d'autres personnes "pourraient être tentées de quitter" le Rassemblement national.
Pour le maire de Béziers, ceux qui ont déjà rejoint Eric Zemmour "pensent à l'après l'élection'.

Après Jérôme Rivière, Damien Rieu et dernièrement Gilbert Collard, Marion Maréchal pourrait-elle, elle aussi, rallier le parti d'Eric Zemmour ? C'est un tout cas une hypothèse que Robert Ménard "n'ose pas imaginer", a-t-il déclaré ce lundi matin sur le plateau de LCI.

"Si jamais [les ralliements] continuaient, si demain Marion se rangeait du côté d'Eric Zemmour, ce serait pour ce camp-là et pour le Rassemblement national, d'une autre ampleur" s'est-il inquiété après avoir fait état des transfuges RN. 

"La vie c’est pas que la politique et les idées, c’est aussi des liens avec les gens"

Le maire de Béziers a cependant déclaré ne pas "croire" à cette possibilité. "La vie, c'est pas que la politique et les idées, c’est aussi des liens avec les gens, je vous rappelle que c’est sa tante, que Marine l’a élevé en partie à un moment donné, que c’est difficile de fermer les yeux sur ça, [...] mais en même temps il y a elle, et d’autres gens qui pèsent sur ce parti et qui pourraient être tentés de le quitter" a déclaré Robert Ménard.

"Un chamboulement dans la droite"

Celui qui a parrainé la candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle est convaincu que ceux qui se sont ralliés à Eric Zemmour font "une espèce de calcul" et pensent à l'après élection. 

"Je ne crois pas que tous ceux qui rallient aujourd'hui Eric Zemmour se disent 'Il va être président de la république', ça parait peu crédible quand même [...] quand il y a 62% des Français qui pensent que vous êtes une menace pour la démocratie, c'est compliqué d’en réunir 50% dans trois mois, je n'y crois pas beaucoup" a déclaré Robert Ménard, avant de souligner : "aucun d’entre eux n’est naïf au point d’y croire, mais tous savent que dans tous les cas de figure, ce sera après la présidentielle une espèce de chamboulement dans la droite et chacun se positionne par rapport à ça."


E. Ro

Tout
TF1 Info