Élection présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : Ségolène Royal appelle Anne Hidalgo à se désister et "prendra ses responsabilités" en cas de primaire

I.N.
Publié le 10 décembre 2021 à 10h06
JT Perso

Source : TF1 Info

CAMPAGNE - Anne Hidalgo a proposé mercredi soir sur TF1 aux autres candidats de gauche d'organiser une primaire pour désigner un candidat unique à la présidentielle. Face au refus général, Ségolène Royal appelle la maire de Paris à renoncer à sa candidature.

Anne Hidalgo ira-t-elle au bout ? À la peine dans les sondages, la maire de Paris a déclaré mercredi soir sur TF1 vouloir participer à une primaire de la gauche, dans le but de désigner un candidat unique à la prochaine échéance présidentielle. Malgré le refus de l'ensemble des formations politiques concernées, la candidate socialiste a confirmé ses intentions jeudi soir sur LCI. Mais pour Ségolène Royal, ancienne finaliste de la présidentielle en 2007, Anne Hidalgo doit renoncer à sa candidature.

"Il vaut mieux l'union que la désunion", salue d'abord l'ancienne ministre (voir vidéo en tête de cet article). "Mais l'union ne se décide pas sur un plateau télé, c'est un travail, un respect, un long cheminement", assure celle qui base son analyse sur les précédentes élections. "Quand Lionel Jospin s'est présenté et n'a pas accédé au second tour (en 2002), il avait Christiane Taubira et Jean-Pierre Chevènement contre lui. Quand je me suis présentée en 2007, je les ai eus tous les deux avec moi. Cela ne s'est pas fait par le hasard, mais par le travail et la discussion. Or, ce travail a manqué."

"Mélenchon et Jadot ont fait le job, on ne peut pas leur demander de décrocher pour un changement d'avis"

Pour Ségolène Royal, si Anne Hidalgo est devenue favorable à la primaire, c'est parce qu'elle "a vu le succès chez LR, avec un Christian Jacob irréprochable et un rassemblement, et se rend compte que cela booste une candidature", alors que Valérie Pécresse semble désormais en position d'accéder au second tour. "Anne Hidalgo se dit qu'elle a eu tort et aurait dû passer par une primaire", poursuit-elle. "Il y a eu trois occasions d'en faire : au sein du PS, elle les a refusées à tel point que le PS a changé ses statuts ; au sein des primaires populaires, cela fait longtemps qu'ils se sont engagés ; au sein de la primaire des Verts, qui pouvait être ouverte aux socialistes."

Anne Hidalgo, créditée de 5% des intentions de vote selon notre sondage Ifop-Fiducial, semble désormais dos au mur. "Une candidate à la présidentielle, qui a demandé à l'être après avoir dit qu'elle ne le serait jamais, qui refuse les primaires et fait changer les statuts du parti, doit respecter les électeurs", dénonce Ségolène Royal, qui invite la maire de Paris à abandonner la course à l'Élysée.

Lire aussi

"Elle a envie de se retirer, elle ne sait pas trop comment, mais (sa proposition) n'est pas respectueuse des autres", estime l'ancienne ministre. "Jean-Luc Mélenchon et ses équipes ont travaillé, Yannick Jadot est passé par une primaire... Ils ont fait le job. On ne peut pas d'un coup leur demander de décrocher pour un changement d'avis. Il faut qu'elle se désiste pour l'un des candidats devant elle, cela entraînera peut-être une dynamique d'union."

Cependant, si Anne Hidalgo parvient effectivement à organiser une primaire de la gauche, Ségolène Royal sera-t-elle candidate ? Elle ne l'exclut pas. "J'ai toujours dit, y compris à la direction du PS, que j'étais disponible si on venait me chercher", répond-elle. "S'il y avait une primaire et que mon nom sortait, par rapport à l'expérience politique que je peux avoir et ma capacité de rassemblement, je prendrais mes responsabilités. Mais à ce moment-là, on m'a répondu qu'Anne Hidalgo voulait être candidate. Sans primaire. Très bien, on voit le résultat."


I.N.

Tout
TF1 Info