Élection présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : à gauche, Mélenchon se détache

Publié le 17 février 2022 à 13h38, mis à jour le 18 février 2022 à 19h13
JT Perso

Source : TF1 Info

Jean-Luc Mélenchon ne cesse de grimper dans les sondages et de conforter sa place de candidat le mieux placé à gauche pour se qualifier au second tour.
L'ancienne ministre socialiste Ségolène Royal a même estimé qu'il était celui qui incarnait "le vote utile à gauche".

"Aujourd'hui, il est évident que le vote utile à gauche, c'est le vote Mélenchon", a assuré Ségolène Royal mercredi soir. "Si la gauche veut être au second tour, il faut que les responsables se réunissent, en regardant ce qui nous rassemble et non ce qui nous divise, et le vote utile à gauche, c'est Jean-Luc Mélenchon", a indiqué l'ancienne ministre socialiste sur BFMTV. Des propos qui arrivent alors que le candidat insoumis conforte solidement sa place de candidat le mieux placé à gauche.

Dans le dernier sondage quotidien Ifop-Fiducial pour LCI, le député des Bouches-du-Rhône est crédité de 11% d'intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle. Même s'il perd 0,5% par rapport à la veille, il dépasse la barre des 11% pour le troisième jour consécutif. Surtout, son score présumé est deux fois plus élevé que son concurrent le plus proche à gauche, l'écologiste Yannick Jadot, à 5% seulement. Ces 11% sont également à comparer avec les intentions de vote créditées à Jean-Luc Mélenchon au début du rolling le 10 janvier : 8,5%. Avec Eric Zemmour, également dans une bonne dynamique de campagne, il est le seul à avoir gagné autant de point en un peu plus d'un mois.

Le candidat et son équipe, à une position similaire il y a cinq ans avant l'élection, rêvent désormais se réitérer l'ascension qui les avait amenés à réaliser 19,58% des voix au premier tour de la présidentielle.

De gros meetings pour confirmer la dynamique

Pour cela, ils misent notamment sur l'organisation de plus gros meetings, qui font toujours le plein. Plusieurs sont prévus, notamment en plein air, et la désormais traditionnelle grande "marche" de Bastille à République, le 20 mars, aura pour mission de matérialiser la dynamique par des foules. "L'objectif est de franchir un seuil de crédibilité dans l'accession au second tour, ce qui génère un mécanisme de regroupement des électeurs et fait baisser l'abstention", a expliqué le directeur de campagne Manuel Bompard auprès de l'AFP.

Ce dernier a également confié à l'AFP surveiller des indicateurs tout aussi important tels que "d'excellents retours de terrain du JT de TF1 (le 6 février) et de l'émission présidentielle de France 2 (jeudi dernier). Et on a eu une semaine record de signatures en ligne, 6.500, pour soutenir Jean-Luc Mélenchon".

Les Insoumis espèrent désormais que les communistes se rallieront à eux pour avoir une vraie chance de venir jouer les trouble-fêtes au premier tour. Mercredi, le numéro deux de LFI Adrien Quatennens a estimé que Jean-Luc Mélenchon et le candidat communiste Fabien Roussel, s'ils étaient alliés comme lors des deux dernières présidentielles, seraient aujourd'hui "aux portes du second tour", "le seuil de qualification" étant selon lui "aux alentours de 16-17%". Ce 16 février, le baromètre quotidien Ifop-Fiducial crédite le communiste de 3% d'intentions de vote.

Misant sur "un effet efficacité du vote à gauche" et la progression de "la participation populaire", le député estime que "tous les ingrédients sont réunis pour que se reproduise" la dynamique de Jean-Luc Mélenchon de 2017.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info