Invité sur LCI ce lundi, le directeur d'IPSOS a analysé l'impact de la crise ukrainienne sur la campagne présidentielle française.
Ce conflit "est potentiellement très préjudiciable au processus démocratique", estime le spécialiste des sondages.

"Le conflit a fait irruption dans la campagne". Invité ce lundi sur LCI, Brice Teinturier, le directeur général délégué d'IPSOS, a détaillé l'impact de la guerre en Ukraine sur l'élection présidentielle.

"On commençait à rentrer dans la campagne et cette guerre "congèle" un certain nombre de choses", a estimé le spécialiste des sondages. La première préoccupation des Français reste le pouvoir d'achat, mais ce dernier est désormais suivi de l'Ukraine. Les Français se disent : "Cela nous concerne".

"En avantageant Emmanuel Macron, la guerre pénalise les autres candidats"

Selon Brice Teinturier, "une guerre qui percute une campagne, c'est inédit. C'est potentiellement très préjudiciable au processus démocratique : il est important que les grands choix qui vont guider la France soient débattus devant les Français. Sinon, on le paiera plus tard, car il n'y aura pas eu cette scène de délibération qui sanctionne un certain nombre d'options."

La guerre avantage-t-elle le président sortant ? Oui, estime sur LCI Brice Teinturier. Pour le patron d'IPSOS, "la stature présidentielle est plus forte dans cette séquence."  "En avantageant Emmanuel Macron, la guerre pénalise les autres candidats. Il prend des voix sur tous les électorats. Il y a un effet global. Oui, la guerre affaiblit un certain nombre de candidats, mais ils ne s'effondrent pas. Il y a des électorats puissamment structurés. Malgré les prises de positions en faveur de Poutine de certains candidats, leur électorat demeure."


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info