Valérie Pécresse, candidate de la droite pour la présidentielle

Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse investie par les Centristes et l'UDI

Marius Bocquet
Publié le 22 janvier 2022 à 15h59, mis à jour le 22 janvier 2022 à 17h53
La candidate LR Valérie Pécresse a reçu le soutien des Centristes samedi 22 janvier.

La candidate LR Valérie Pécresse a reçu le soutien des Centristes samedi 22 janvier.

Source : AFP

POLITIQUE - Valérie Pécresse a reçu le soutien des Centristes et de l'UDI samedi 22 janvier. "Mon projet est 100% compatible avec vos valeurs" a lancé la candidate LR devant les Centristes. Les présidents des deux partis assurent n'avoir "aucun problème" avec sa fermeté sur le régalien.

Valérie Pécresse a officiellement reçu le soutien des Centristes, petite formation de centre-droit à qui elle a promis "un programme de puissantes réformes", sans lâcher sur la fermeté en matière de régalien samedi 22 janvier. "Mon projet est de droite, il est de rupture, mais il est 100% compatible avec vos valeurs", a assuré la candidate des Républicains (LR) lors du Conseil national des Centristes, qui venaient de voter une motion lui promettant de s'engager "pleinement et totalement pour sa campagne".

Rendant hommage à la "fidélité" du parti présidé par Hervé Morin, avec qui elle a travaillé au sein du gouvernement Fillon, elle a salué des valeurs dans lesquelles elle "se reconnaît" : "L'Europe, la solidarité, la liberté, la décentralisation" mais aussi "ouvert sur la société, ses évolutions" telles que "l'égalité entre tous quelle que soit leur couleur ou leur origine, l'égalité femmes-hommes".

Hervé Morin assure de son côté n'avoir "aucun problème" avec la fermeté de la candidate sur le régalien. "Quand on est de centre-droit, on est libéral, on est attachés aux libertés individuelles, mais on est aussi pour un État fort sur ses missions régaliennes, capable d'assurer la sécurité, la justice et la protection de nos compatriotes", a-t-il ajouté. Valérie Pécresse a ensuite reçu le soutien de l'UDI, le parti de centre-droit de Jean-Christophe Lagarde. "Je n'ai aucun problème avec le fait que l’État doive rétablir l'ordre, car c'est la meilleure façon de protéger les plus faibles", a affirmé ce dernier.


Marius Bocquet

Tout
TF1 Info