Alors qu'il n'est pas candidat à la présidence des Républicains, Laurent Wauquiez avance ses pions pour la prochaine présidentielle.
Lors de son discours de rentrée, en Haute-Loire, il a appelé ses partisans à préparer "l'après-Macron".
Il en a profité pour apporter, officiellement, son soutien à Eric Ciotti, candidat pour prendre la tête du parti de droite.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'y prend tôt. Très tôt. Dimanche 28 août, pour sa traditionnelle rentrée au Mont-Mezenc (Haute-Loire), Laurent Wauquiez a appelé ses partisans à préparer "le grand rendez-vous de 2027",  tout en rappelant qu'il ne serait pas candidat à la présidence des Républicains, dont l'élection est prévue en décembre prochain. "Ma conviction est que nous avons une mission : préparer dès aujourd'hui l'après-Macron", a-t-il martelé.

"Nous devons prendre de la hauteur. C'est une tâche immense à laquelle je veux me consacrer entièrement : se remettre en question, plonger dans le pays profond, renouer le fil de la confiance qui a été perdue, mobiliser les forces du sursaut pour réussir le grand rendez-vous de 2027", a-t-il ajouté. Ce pari est d'autant plus important que, lors des deux dernières élections présidentielles, les Républicains ne sont pas parvenus à se qualifier pour le second tour.

"Il faut se préparer dès maintenant", a souligné celui qui est actuellement le patron de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en promettant de ne pas avoir "l'intention de (s')enfermer dans une tour d'ivoire", mais en appelant à "sillonner le pays, écouter pour trouver les idées neuves dont nous aurons besoin". Dans le même temps, il ne perd pas de vue ses thématiques fétiches.  "Remettre le travail au cœur de la société française", "plus de frontières pour mieux protéger" ou "retrouver le sens du respect (...), ce qui implique de restaurer l'autorité".

Une référence à...Michel Houellebecq

En ce qui concerne la désignation du futur président des Républicains, Laurent Wauquiez a clairement affiché ses préférences avec, à ses côtés, Eric Ciotti. Le premier remerciant le second durant sa prise de parole. "Oui, tu as raison, c'est avec autorité qu'il faudra arrêter l'immigration de masse", a-t-il déclaré.


Benoit Leroy (avec AFP)

Tout
TF1 Info