L'entrée en campagne de Sarkozy

Primaire à droite : le camp Juppé engage la bataille de la communication

Frédéric Delpech
Publié le 21 septembre 2016 à 17h37
Primaire à droite : le camp Juppé engage la bataille de la communication

Source : FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

VENEZ VOTER - A moins de deux mois du premier tour de la primaire de la droite et du centre, les équipes du maire de Bordeaux, rattrapé dans les sondages par Nicolas Sarkozy, font de leur mieux pour élargir la base des participants au scrutin

Avec la publication de la liste définitive des sept candidats retenus par la Haute Autorité de la Primaire, s’ouvre la campagne officielle. C’est le temps des grands meetings pour redonner un souffle dans chaque camp. Mais en coulisses, les tractations vont bon train pour l’organisation pratique du vote et surtout l’information des électeurs sur les modalités du scrutin.

Plus la participation sera grande, plus Juppé devient favori

Car l’enjeu est de taille, surtout du côté des partisans d’Alain Juppé. Alors que l’entourage de Nicolas Sarkozy table sur une participation autour d’un million et demi, ce qui serait plus favorable à l’ancien président avec un corps électoral plus resserré sur les militants Les Républicains et le noyau dur du parti, le maire de Bordeaux et ses soutiens espèrent au moins trois millions de participants au premier tour et jusqu’à quatre millions pour le deuxième tour.

D’où l’importance de faire connaître le plus largement les conditions du vote et en particulier l’emplacement des 10.228 bureaux qui seront ouverts de 8h à 19h les dimanches 20 et 27 novembre. "C’est capital, explique à LCI le député Axel Poniatowski, lieutenant d'Alain Juppé. Nous voulons une participation encore plus forte que pour la primaire du PS en 2011 (ndlr, 2,7 millions de participants au premier tour, 2,9 au deuxième). L’objectif est de mobiliser l’ensemble des électeurs de la droite et du centre. Pas uniquement nos militants. C’est pourquoi il faut que tous les Français sachent où se rendre pour ce vote." 

Juppé, VRP de la primaire

La Haute Autorité doit ouvrir un site internet à la fin du mois de septembre où il sera possible de connaître le bureau de vote le plus proche de chez soi en rentrant son adresse. Les juppéistes veulent aller encore plus loin et sont actuellement en train de négocier l’impression d’un tract à 20 millions d’exemplaires pour donner tous les détails pratiques. La sénatrice Fabienne Keller, autre soutien d’Alain Juppé, estime auprès de LCI qu'"il faudrait même envisager des tracts par circonscription, avec une carte détaillée pour bien montrer où se trouvent les bureaux. Il faut savoir que beaucoup de nos électeurs n’ont pas la culture internet. Ils n’iront pas forcément sur le site officiel et risquent de se décourager s'ils n’ont pas toutes  les informations."

Concernant le déroulement des opérations de vote, tout le monde s’est mis d’accord sur la présence de trois assesseurs minimum, et jusqu’à six par bureau de vote pour assurer l’accueil et le contrôle du vote. "Alain Juppé est très serein. Il continue de dérouler sa campagne comme prévu et n’entend pas accélérer pour coller aux autres candidats. Pour le vote, nous sentons sur le terrain une envie de plus  en plus forte de nos électeurs de participer. Je peux vous assurer qu’il y aura de longues files d’attente le 20 novembre", affirme Axel Poniatowski. Et le camp Juppé compte notamment sur le premier débat télévisé entre les candidats le 13 octobre pour intéresser les Français au scrutin. Le candidat lui-même ne manque pas une occasion d’enfiler les habits de VRP de la primaire et de rappeler dans  les médias que le vote sera ouvert à tous les électeurs, à condition de payer la somme de deux euros, et qu’il n’est pas nécessaire d’être adhérent des Républicains. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.


Frédéric Delpech

Tout
TF1 Info