COMPATIBLE - Arnaud Montebourg signe mercredi, à quatre jours de la primaire, une tribune dans Le Monde prônant la réindustrialisation de la France, un principe qui lui est cher. Un texte cosigné avec Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, mais aussi Eric Coquerel, lieutenant de Jean-Luc Mélenchon, et Philippe Martinez, patron de la CGT.

Il cherche à rassembler à gauche

A l'heure où Arnaud Montebourg et Benoît Hamon (voire aussi Vincent Peillon) se livrent une âpre bataille pour capter l'électorat à gauche de la gauche et tenter un rapprochement avec les communistes et Jean-Luc Mélenchon en vue du premier tour de la présidentielle, la démarche du candidat n'est évidemment pas anodine. A longueur de réunions et de stand up, l'avocat du "made in France" ne cesse de lancer des messages à l'attention des alliés rêvés de la présidentielle. Voici ce qu'il disait début janvier

Le lendemain de ma désignation comme vainqueur de la primaire, je téléphonerai à Jean-Luc Mélenchon. On va essayer de s’unir
Arnaud Montebourg

Côté communiste, les militants ont certes décidé, à une courte majorité en novembre, de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon, mais Pierre Laurent n'a jamais caché sa préférence pour une alliance des forces de gauche à la présidentielle derrière un seul candidat, incluant l'aile gauche du PS, et précisément Arnaud Montebourg. A son actif, ce dernier vient d'ailleurs d'obtenir le soutien de Gérard Filoche, figure socialiste de l'opposition à la loi Travail. 

Côté Mélenchon, en revanche, c'est loin d'être gagné. Le candidat de La France insoumise, en campagne depuis un an, a appelé les militants à boycotter la primaire et promis, lors de sa rentrée politique, de rester candidat "quoiqu'il arrive, quelque coup de téléphone que l'on souhaite lui passer". A défaut de convaincre le leader de gauche, Arnaud Montebourg peut espérer que son message sera passé auprès des militants de "l'autre gauche" qui hésitaient à aller voter dimanche. 


Vincent MICHELON

Tout
TF1 Info