L'info passée au crible
Verif'

Primaire populaire : pourquoi des candidats de gauche en sont exclus ?

Caroline Quevrain
Publié le 27 janvier 2022 à 16h50, mis à jour le 29 janvier 2022 à 15h16
Des partisans de la primaire populaire à Lille, France

Des partisans de la primaire populaire à Lille, France

Source : FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Fabien Roussel ou Philippe Poutou ne figurent pas parmi les candidats de la Primaire populaire.
Ils n’ont pas été sélectionnés à l'issue du processus de parrainage citoyen.
Cette phase, en juillet dernier, avait mobilisé 130.000 personnes.

Jean-Luc Mélenchon, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Christiane Taubira… Et puis des personnalités inconnues du grand public comme Anna Agueb-Porterie ou Charlotte Marchandises. La Primaire populaire, dont le vote démarre ce jeudi 27 janvier, a pour ambition de réunir la gauche à trois mois du scrutin présidentiel. Mais certains candidats déclarés, appartenant à ce même bord politique, figurent aux abonnés absents de cette grande initiative citoyenne, qui compte 467.000 inscrits. On peut nommer Fabien Roussel, Nathalie Arthaud ou encore Philippe Poutou. Sur Twitter, des internautes s’en étonnent, comme ici, ou s’indignent même de cette "arnaque", comme là.

130.000 parrainages, 10 candidats

En réalité, les sept candidats aujourd’hui en lice ont été désignés par plus d’un millier de citoyens, aux termes d’une procédure de parrainages il y a quelques mois. "La primaire populaire a été construite en plusieurs étapes", récapitule Cléo Belaïche, chargée de la presse pour le mouvement. Suite à la construction en avril dernier d’un "socle commun" de propositions à l’aide des partis politiques de gauche, la primaire populaire a lancé ses groupes locaux puis ses parrainages, de juillet à octobre dernier. Un calendrier résumé ici, sur le site de la Primaire populaire. "Il s’agissait d’une grande consultation citoyenne, où l’on a ouvert la possibilité aux citoyens qui le souhaitaient de nommer des personnalités publiques qu’ils aimeraient voir porter les idées du socle commun et représenter la gauche et l’écologie en 2022. Nous n’avions mis aucune limitation, si ce n’est représenter les idées du socle commun", précise Cléo Belaïche. 

Cette procédure, ouverte à tous les aspirants à une candidature forte à gauche, a rassemblé quelque 130.000 personnes et fait émerger dix noms, où ne figuraient pas Nathalie Arthaud ou Fabien Roussel. Cependant, le communiste est crédité aujourd’hui de 3% des intentions de vote, de la même manière que Christiane Taubira qui, elle, a été retenue par les parrainages. À l’heure du vote, la Primaire populaire dit pourtant ne pas craindre de problèmes de représentativité des électeurs de gauche. "La candidature qui sortira gagnante de cette investiture s’engage à tout faire pour œuvrer en faveur du rassemblement. Entrer en contact avec Fabien Roussel pourrait en faire partie", élude Cléo Belaïche, pour qui "ce vote n’est qu’une longue étape sur la route de la victoire".

À l’inverse, des candidats tirés au sort ont été depuis retirés de la sélection finale : on peut citer les Insoumis Clémentine Autain, François Ruffin ou encore l’économiste Gaël Giraud. Tous les trois ont été plébiscités par les 130.000 citoyens ayant parrainé des personnalités. Mais écartant toute intention de participer à l’élection, ils ont été évincés par la Primaire populaire. Ce jeudi, quatre heures après le début du vote, 67.000 personnes inscrites à cette primaire avaient déjà voté pour l’un des sept candidats ou candidates. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain