Mardi 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal va dévoiler en détail des nouvelles mesures concrètes pour simplifier les procédures administratives.
À commencer par la procuration lors de vote, qui pourra prochainement se faire entièrement en ligne à chaque élection locale et nationale.
TF1info vous résume les mesures clés de ce plan de simplification bureaucratique.

Moderniser l’État : voilà l’ambition de Gabriel Attal. "Je veux débureaucratiser la France, à tous les étages, pour une action publique plus efficace", a-t-il affirmé au Figaro. Pour ce faire, le Premier ministre compte présenter mardi 23 avril un nouveau plan de simplification administrative.

Une des mesures phares que le gouvernement souhaite mettre en place : la généralisation de la procuration en ligne. C’est-à-dire que la procuration pourra désormais se faire sur internet lors de toutes les élections, à commencer par les élections européennes qui se tiennent en juin. 

Concrètement, depuis mi-avril, il est possible, si l'on dispose d'une carte d'identité nouvelle version - au format carte bancaire -, de donner sa procuration pour les élections européennes en ligne, sans avoir à se déplacer ensuite en commissariat ou en brigade de gendarmerie. Comme l’a indiqué Matignon ce lundi 22 avril, Gabriel Attal doit annoncer ce mardi que cette possibilité sera également ouverte à toutes les prochaines élections, notamment les municipales en 2026 ou encore l'élection présidentielle en 2027. 

Davantage de maisons France Services, une aide de l'IA, et des versements automatisés

À cette occasion, le Premier ministre a prévu de se rendre à Sceaux (Hauts-de-Seine), où il visitera l’une des 2700 maisons France Services. Il s’agit de structures permettant aux usagers de se faire aider dans leurs démarches administratives, par exemple pour les demandes d’allocations ou les déclarations d’impôts. Le lieu de visite a tout son sens puisque le ministre prévoit également dans son plan d’en ouvrir une nouvelle vague, en particulier dans certaines villes moyennes : il désire en inaugurer 300 de plus d’ici 2027, selon les informations du Figaro

Autre mesure numérique : démocratiser l’utilisation d’une IA pour traiter des demandes faites à l’administration. Cet outil d’intelligence artificielle - nommé "Albert" - promet un important gain de temps, selon Matignon, puisqu’il permettra aux agents publics de générer une réponse aux questions posées par les usagers. Cette réponse sera d’abord relue et validée par les agents avant d’être envoyée, précise le gouvernement.

Matignon assure avoir d’ailleurs déjà commencé à expérimenter cet outil : "Nous nous sommes rendu compte que les trois quarts du temps, la réponse fournie par l’IA était parfaite et n’était donc pas modifiée par les agents", se félicite-t-il auprès du Figaro

Enfin, pour simplifier la vie, plusieurs versements deviendront automatisés : les bourses des étudiants ainsi que les chèques énergie.


Louise HUET

Tout
TF1 Info