Qui est Frédéric Souillot, qui succède à Yves Veyrier à la tête de Force ouvrière ?

Idèr Nabili
Publié le 2 juin 2022 à 23h14, mis à jour le 3 juin 2022 à 21h06
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Secrétaire général de Force ouvrière depuis 2018, Yves Veyrier va passer la main.
Frédéric Souillot, seul candidat en lice, va le remplacer.
Qui est-il ?

Il souffle un vent de fraîcheur sur Force ouvrière (FO). Moins de quatre ans après avoir été élu, Yves Veyrier, l'actuel secrétaire général du syndicat, va quitter ses fonctions. Pour lui succéder, Frédéric Souillot a le champ libre : il est le seul candidat en lice, depuis le retrait de l'actuel patron de la Fédération générale des fonctionnaires FO, Christian Grolier.

À 54 ans, Frédéric Souillot va donc, selon toute vraisemblance, prendre la tête de Force ouvrière ce vendredi. Membre du bureau confédéral depuis 2015, il connait bien les rouages du syndicat. Il est actuellement en charge de l'organisation, du secteur juridique et du personnel.

Membre du courant "réformiste"

Dans sa lettre de candidature, Frédéric Souillot affirme avoir adhéré à FO en 1994, avoir créé son syndicat chez Schlumberger à Dijon en 1995, et avoir rejoint FO Métaux en 2008 en tant que secrétaire fédéral en charge de la sidérurgie et des métaux de base. "C'est un militant de terrain, pas un apparatchik", assure auprès de l'AFP Michel Beaugas, secrétaire confédéral. "Tout comme moi il a commencé dans son syndicat d'entreprise. Il connaît bien le terrain, et depuis qu'il est confédéral, il connaît bien l'organisation."

Lire aussi

Comme son futur prédécesseur Yves Veyrier, Frédéric Souillot fait partie du courant "réformiste" de FO, et bénéficie aussi du soutien d'une partie des trotskistes. Mais au sein du syndicat, il compte aussi des opposants. "Vu son parcours, j'ai du mal à l'imaginer dans le mandat de secrétaire général", lançait en avril dernier son éphémère adversaire à la tête du syndicat, Christian Grolier. Il pointait alors son manque d'expérience "des dossiers, de la presse, et des discussions à Matignon".


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info