"Race blanche" : Nadine Morano va-t-elle s’allier à Robert Ménard ?

Le service METRONEWS
Publié le 27 octobre 2015 à 17h07
"Race blanche" : Nadine Morano va-t-elle s’allier à Robert Ménard ?

DROITE (EXTRÊME) - Désavouée publiquement par Nicolas Sarkozy après ses propos sur la France de “race blanche”, Nadine Morano a trouvé un soutien auprès du sulfureux maire de Béziers Robert Ménard. L’élu apparenté FN lui propose même une “grande alliance”.

Nadine Morano, de plus en plus indésirable chez Les Républicains, trouvera-t-elle asile auprès de Robert Ménard ? Alors qu’elle doit se rendre jeudi à Béziers (Hérault) pour une réunion publique, le maire apparenté FN de la ville vient de lui apporter un soutien remarqué, à l’heure où ils se font bien rares pour l’eurodéputée. Au point de proposer à Nadine Morano, sur Twitter, un rapprochement au sein d’une ‘“grande alliance de droite patriote”.

“Evidemment, Nadine Morano est la bienvenue à Béziers”, a tweeté mardi Robert Ménard. Les deux pourraient d’ailleurs se rencontrer jeudi, même si cette possibilité n’a pas encore été confirmée.

Robert Ménard n’est pas choqué, bien au contraire, par les déclarations de Nadine Morano sur la France de “race blanche” , qui ont valu à l’ex-ministre sarkozyste d’être publiquement désavouée par Nicolas Sarkozy. Contacté par Le Scan , le fondateur de Reporters sans frontières la juge “victime d’une chasse aux sorcière sidérante” : “Se faire réprimander, menacer, sanctionner parce qu'on cite le général De Gaulle dans un parti qui s'en réclame, ça me fait rire ou pleurer.” Car ces propos polémiques seraient, selon lui, “encore plus pertinents et justifiés aujourd'hui qu'ils ne l'étaient il y a cinquante ans.”

Robert Ménard précise avoir proposé à Nadine Morano une alliance pour “regrouper tous les gens qui pensent comme [eux], que la France est grande et surpasser les postures qui interdisent de parler à tel ou tel”. On ne connaît pas encore la position de l’intéressée. Mais l’attitude du maire de Béziers, élu avec le soutien du Rassemblement Bleu Marine, tranche en tout cas avec la position de la présidente du Front national. Marine Le Pen avait en effet exclu “d’accueillir Nadine Morano”, parce qu'elle vient d’un parti “ayant mis en œuvre le communautarisme en France”.

À LIRE AUSSI
>> "Race blanche" : Morano piégée par une course après le FN menée par Sarkozy ?

>> Entre Morano et Sarkozy, la longue histoire finit mal


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info