La famille royale du Maroc reçue par Brigitte Macron à l'Élysée lundi

Publié le 19 février 2024 à 23h06

Source : JT 20h WE

Brigitte Macron a reçu les sœurs du roi du Maroc, Mohammed VI, ce lundi à l'Élysée.
Un premier pas vers le rétablissement des relations avec le Maroc, après une période de tensions.

Brigitte Macron a accueilli, ce lundi 19 février à l’Élysée, les sœurs du roi du Maroc Mohammed VI, un nouveau signal du rapprochement entre les deux pays, après une longue période de tensions. "Dans la continuité des relations d’amitié historique entre la France et le Royaume du Maroc, Madame Brigitte Macron a reçu Leurs Altesses Royales les Princesses Lalla Meryem, Lalla Asmaa et Lalla Hasnaa", a indiqué l'Élysée sur Instagram dans un message accompagné d'une photo.

"À cette occasion, le Président Emmanuel Macron est venu les saluer", a ajouté la présidence française, précisant également que le chef de l’État s'est "récemment entretenu par téléphone avec Sa Majesté Mohammed VI". La France a marqué sa "volonté" de renouer un lien de confiance avec le Maroc, qualifiant la relation bilatérale "d'essentielle", après une longue traversée du désert. 

J'ai repris le lien avec le Maroc. Il y avait des incompréhensions qui ont amené à une difficulté.
Stéphane Séjourné

"J'ai repris le lien avec le Maroc. Il y avait des incompréhensions qui ont amené à une difficulté", a confié le nouveau ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, nommé en janvier. Ces dernières années ont été émaillées de tensions extrêmement fortes entre le Maroc et la France, ancienne puissance coloniale où vit une importante diaspora marocaine.

À l'origine de ces tensions : la politique de rapprochement avec l'Algérie voulue par le président français; Emmanuel Macron, alors qu'Alger a rompu en 2021 ses relations diplomatiques avec Rabat. De plus, un vote du Parlement européen en janvier 2023 – lorsque Stéphane Séjourné présidait le groupe Renew Europe et condamnant la dégradation de la liberté de la presse au Maroc – avait profondément irrité Rabat. Les Marocains avaient alors dénoncé une campagne anti-marocaine "orchestrée" par le parti du président français à Bruxelles.


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info