En pleine crise sociale autour de la réforme des retraites, Emmanuel Macron a répondu aux questions des lecteurs du magazine "Pif".
Une interview réalisée avec de jeunes lecteurs à l'occasion des 75 ans du célèbre chien.
L'occasion pour le chef de l'État de revenir sur la situation actuelle et son rôle de président.

Sa parole est rare dans les médias depuis la présentation du texte sur la réforme des retraites, le 10 janvier dernier. Après son interview dans les JT de 13H de TF1 et France 2 le 22 mars, Emmanuel Macron a cette fois choisi un outil moins conventionnel pour s'exprimer : le journal pour enfants Pif. En pleine colère sociale autour du projet phare de son second quinquennat, le chef de l'État a accepté de répondre aux questions de jeunes lecteurs à l'occasion des 75 ans du célèbre chien. Une interview réalisée le 20 février dernier et publiée ce mercredi 29 mars.

"Pas d'indifférence"

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit - avec une nouvelle journée d'appel à la mobilisation le 6 avril prochain - les propos d'Emmanuel Macron ont une résonance particulière, d'autant qu'ils ont été tenus avant l'utilisation du 49.3 pour faire adopter la réforme des retraites, le 16 mars, provoquant la colère de nombreux Français. 

Tandis qu'une élève de 4e lui demande s'il peut "quitter [son] poste en plein mandat" et "comment ça se passerait [s'il] le quittait ?", il répond : "Si tu le quittes, c'est qu'il peut y avoir une énorme crise et que tu es empêché". "À ce moment-là, tu remets ton mandat aux Français, et le peuple vote à nouveau". Pour le moment toutefois, le président n'envisage aucune dissolution de l'Assemblée nationale alors qu'une démission semble encore plus improbable.

Interrogé sur sa relation avec les Français, le chef de l'État a détaillé qu'il pouvait y avoir de la "colère", de la "joie", "mais il n'y a pas d'indifférence" avant de répondre à une question que ce qu'il aime dans son "métier". "L'échange, la rencontre, essayer de comprendre ce qui fonctionne et ne fonctionne pas dans les grands choix que je mets en œuvre", répond le président estimant que soit "tu as pu apporter des solutions" et c'est "satisfaisant", "soit ce n'est pas le cas, et ce sont les moments qui te touchent aussi, qui sont frustrants parce que tu vois que les choses ne vont pas assez vite". 

"Ne pas dépendre des partis des uns et des autres"

Des propos publiés alors que ses détracteurs mettent en avant son inflexibilité sur les retraites, l'accusant de "jouer le pourrissement" de la situation. Pressé par les jeunes lecteurs de Pif de donner des conseils à qui voudrait devenir président, Emmanuel Macron a également insisté sur le fait que "la meilleure façon d'y arriver, c'est de se faire sa propre idée des choses et de ne pas dépendre des partis des uns et des autres". Un conseil donné alors que le chef de l'État ne dispose pas d'une majorité absolue à l'Assemblée nationale et peine à convaincre d'autres partis de l'hémicycle de l'accompagner dans ses projets de réforme.

Pif, le magazine dans lequel a été publiée cette interview, est un personnage emblématique de la presse jeunesse. Il a été créé en 1948 par le dessinateur espagnol José Cabrero Arnal pour le quotidien communiste L'Humanité. Le magazine Pif Gadget a, lui, été fondé en 1969, sous l'égide du Parti communiste, avant de disparaître en 1993. Après deux premières résurrections, il a été relancé en 2020, sous le nom de Pif, avec à sa tête l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Frédéric Lefebvre.


A.B.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info