Réforme des retraites : invités à discuter à Matignon, les syndicats en ordre dispersé

par J.F.
Publié le 29 mars 2023 à 17h00

Source : JT 20h Semaine

L'intersyndicale a rendez-vous à Matignon en début de semaine prochaine, en pleine crise sur les retraites et après des mois de mobilisation sociale.
Si la CFDT ira et veut y parler du recul de l'âge de départ à 64 ans, d'autres organisations syndicales se laissent encore le temps de la réflexion.

Faute de médiation, les syndicats ont décroché un rendez-vous à Matignon en début de semaine prochaine. Selon le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, il s'agira de leur première rencontre avec Élisabeth Borne depuis le 10 janvier dernier, avant une nouvelle journée de mobilisation prévue le 6 avril. Mais si ce dernier a déjà prévenu qu'il serait présent autour de la table, tous ses partenaires ne sont pas encore aussi catégoriques.

"On ira", a confirmé Laurent Berger mardi soir dans l'émission Quotidien, avant d'indiquer de nouveau ce mercredi matin que le préalable était de pouvoir parler de la réforme des retraites. "J'en parlerai, et si on me dit 'vous ne pouvez pas en parler' (…) on partira. Mais on va parler des 64 ans, on va parler de ce qu'il se passe dans le pays", a-t-il assuré. Les syndicats souhaitent discuter du report de l'âge légal et mettre la réforme sur pause le temps de dialoguer, ce que ne souhaite pas l'exécutif.

Mais celui qui forme un duo avec Philippe Martinez (CGT) depuis le début de la mobilisation, sera-t-il présent avec lui à Matignon ? "Il ne peut pas s'engager aujourd'hui vu qu'il est en fin de mandat au nom de la CGT", a expliqué Laurent Berger, alors que le syndicat est en train de désigner un nouveau secrétaire général. "Mais on était assez d'accord tous les deux pour considérer que c'était un espace qu'il fallait saisir pour aller dire ce qu'on porte sur la question des retraites."

La CGT suspendue à l'élection de son nouveau leader

Ce n'est pourtant pas ce qu'a déclaré l'un des candidats à la présidence de la CGT et opposant à Philippe Martinez. "Y aller pour s'entendre dire que la réforme sera mise en œuvre, ça ne servirait pas à grand-chose", avait indiqué Olivier Mateu mardi soir sur BFMTV. "S'il n'y a pas de retrait de la réforme annoncé, non, il ne faut pas y aller", a-t-il confirmé ce mercredi matin sur CNews, précisant parler au nom de "la CGT départementale des Bouches-du-Rhône".

Mardi soir déjà, dans la foulée des propos de Laurent Berger, plusieurs leaders syndicaux avaient tempéré son enthousiasme à se rendre à Matignon. "On a encore besoin d'en discuter en intersyndicale", avait nuancé la co-déléguée de Solidaires, Murielle Guilbert, qui veut mettre "des conditions avant de s'asseoir à une table". "Ça nécessite une discussion entre nous au préalable", disait également François Hommeril, président de la CFE-CGC.

Pour essayer de les convaincre de venir, l'entourage de la Première ministre a indiqué à BFMTV que l'ordre du jour de la réunion n'était pas "figé". Il sera "question du travail", a-t-il précisé, ajoutant que "les organisations syndicales pourront aborder l'ensemble des sujets qu'elles souhaitent"


J.F.

Tout
TF1 Info