La réforme des retraites présentée, oppositions et syndicats vent debout

Réforme des retraites : "Le 49.3 ne doit pas être tabou", estime Aurore Bergé

A. Lo.
Publié le 8 décembre 2022 à 11h02
JT Perso

Source : L'Invité Politique

Au lendemain d'un repas avec les cadres de la majorité à l'Élysée, Aurore Bergé est revenu, sur LCI ce jeudi, sur le projet de réforme du système de retraites du gouvernement.
Elle a appelé les oppositions et les syndicats à ne pas être "arcboutés" sur ce texte.
Elle a néanmoins affirmé que l'utilisation du 49.3 n'était pas tabou.

Peu avant du projet de réforme de retraites auquel tout le monde semble opposé, Aurore Bergé a encore prôné la concertation. Invitée de l'Interview politique sur LCI, ce jeudi 8 décembre, la présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale est allée aux devants de débats qui s'annoncent d'ores et déjà difficiles, en appelant les oppositions à ne pas être "arcboutées". 

"Je le dis aux oppositions, soit vous nous rejoignez sur un projet qui permet non seulement de sauver le système, mais aussi de l'améliorer, de le renforcer, de créer des droits sociaux nouveaux, soit vous êtes arcboutées", a mis en avant la députée.

"Accompagnez-nous sur cette réforme"

Selon elle, certaines propositions dans le projet de réforme peuvent correspondre aux idées défendues par une partie de l'opposition. "Je dis notamment à la droite : est-ce que vraiment, vous voulez refuser de voter un texte alors que vous aviez des propositions qui n'étaient pas si éloignées de celles que nous avons portées ?", a déclaré Aurore Bergé. La députée s'est également adressé à la gauche, mettant en avant les nouveaux droits sociaux que le texte permettrait de garantir. 

"Accompagnez-nous sur cette réforme", a donc appelé l'élu des Yvelines. Pour autant, la cheffe de file des élus Renaissance n'a pas exclu l'utilisation du 49.3 si les oppositions refusent ce compromis. "Je crois que ça ne doit pas être tabou", a-t-elle affirmé, estimant que la réforme est "vitale".

Lire aussi

De la même manière, la députée a appelé les syndicats à ne pas "mettre un pays à l'arrêt". "Je pense qu'il faudrait que les syndicats acceptent l'idée qu'on peut ensemble négocier", a poursuivi Aurore Bergé. De nombreux syndicats, dont la CFDT, la CGT ou FO ont d'ores et déjà annoncé une mobilisation pour le mois de janvier si un recul de l'âge légal de départ à la retraite ou une augmentation des cotisations étaient effectifs. La réforme doit être présentée le 15 décembre aux syndicats.


A. Lo.

Tout
TF1 Info